Affaire Cuomo: la procureure générale de New York rejette le plan du gouverneur

ALBANY, N.Y. — Le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo a reconnu dimanche que certains de ses comportements avec les femmes «avaient été interprétés à tort comme un flirt indésirable».

Il a offert sa coopération à une enquête sur les allégations de harcèlement sexuel portée contre lui que mènera la procureure générale de l’État.

Dans un communiqué publiée dans la foulée des condamnations croissantes au sein de son propre parti, le démocrate a soutenu qu’il n’avait jamais touché personne ou fait des avances de manière inappropriée. 

M. Cuomo a toutefois reconnu qu’il aimait taquiner les gens et faire des blagues sur leur vie personnelle dans le but d’être «ludique».

«Je comprends maintenant que mes interactions ont peut-être été insensibles ou trop personnelles. Certains de mes commentaires, compte tenu de ma position, ont pu faire ressentir aux autres des sentiments que je n’ai jamais voulu faire naître. Je reconnais que certaines des choses que j’ai dites ont été interprétées à tort comme un flirt indésirable. Dans la mesure où quelqu’un a ressenti cela, j’en suis vraiment désolé.»

Un conseiller juridique de M. Cuomo a indiqué que celui-ci souhaitait confier l’enquête à un avocat externe à titre de sous-procureur général extraordinaire indépendant.

Ce plan ainsi qu’un précédent ont toutefois été rejetés par la procureure générale de l’État, Letitia James. Celle-ci est une démocrate qui a été élue différemment que M. Cuomo.

Un premier plan prévoyait samedi soir la nomination de la juge fédérale à la retraite, Barbara Jones, qui avait été choisie par M. Cuomo, pour examiner le comportement du gouverneur.

Un second plan demandait à Mme James et à la juge en chef de la Cour d’appel de l’État, Janet DiFiore, de désigner conjointement un avocat pour enquêter sur les allégations et publier un rapport public.

Mme James a rejeté ce plan en fin d’après-midi parce qu’il ne permettrait pas de faire toute la lumière sur cette controverse. 

«Je n’accepte pas la proposition du gouverneur. La loi me donne clairement l’autorité pour enquêter sur ce sujet dès que le gouverneur m’en fera part. Avec le plus grand respect que je dois à la juge en chef DiFiore, j’ai été dûment élue procureure générale. C’est ma responsabilité d’accomplir cette tâche, comme c’est prévu par la loi. Le gouverneur doit en tenir compte afin qu’une enquête indépendante complète puisse être menée.»

Mme James a reçu l’appui d’élus démocrates de haut rang comme la leader de la majorité démocrate au Sénat d’État, Andrea Stewart-Cousins et le président de la Chambre des représentants,  Carl Heastie.

La controverse est remontée jusqu’à la Maison-Blanche où l’attachée de presse du président Joe Biden a dit souhaiter un «examen indépendant» de ces allégations. 

La crise a pris samedi de l’ampleur après qu’une deuxième femme s’est plainte à son tour d’avoir été victime de harcèlement par le gouverneur Cuomo sur son lieu de travail.

Charlotte Bennett, une employé de l’administration de l’État jusqu’en novembre,  a raconté au New York Times que M. Cuomo lui avait posé des questions inappropriées sur sa vie sexuelle, notamment si elle avait déjà eu des relations intimes avec des hommes plus âgés.

Lindsey Boylan, une ancienne sous-secrétaire au développement économique et conseillère spéciale du gouverneur, a récemment accusé Andrew Cuomo de l’avoir soumise à un baiser non sollicité et à des commentaires inappropriés. 

– Par Karen Matthews et Marina Villeneuve, The Associated Press

Laisser un commentaire