Affaire Todd: des «fragments» de données ne permettent pas d’identifier le harceleur

NEW WESTMINSTER, C.-B. — Des «fragments» de données informatiques cités par la police ne permettent pas de relier un Néerlandais au harcèlement et à l’extorsion d’une adolescente de la Colombie-Britannique, Amanda Todd, a déclaré un avocat de la défense.

Joseph Saulnier, qui représente Aydin Coban, a commencé sa plaidoirie mardi après-midi en disant aux jurés de la Cour suprême de la Colombie-Britannique qu’ils ne devraient condamner son client que s’ils sont convaincus de sa culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.

«Il y a des informations limitées que vous pouvez tirer d’un fragment de données, en particulier dans l’espace supprimé», a déclaré Me Saulnier au jury. Il a souligné que plusieurs preuves montraient que ces fragments ou fichiers provenaient d’ailleurs. 

Aydin Coban a plaidé non coupable d’extorsion, de harcèlement, de communication avec une jeune personne en vue de commettre une infraction sexuelle et de possession de pornographie juvénile.

La procureure de la Couronne, Louise Kenworthy, avait terminé sa plaidoirie plus tôt dans la journée, affirmant qu’il existait un «trésor d’informations» reliant M. Coban au harcèlement et à l’extorsion de Mme Todd.

Mais le principal enjeu du procès, a précisé M. Saulnier au jury, est que l’identité de la personne à l’origine des messages et de l’extorsion ne peut être prouvée hors de tout doute raisonnable. 

La défense de M. Coban n’a présenté aucune preuve au cours du procès.

«Même si vous trouvez que M. Coban est probablement coupable, ce n’est pas suffisant. Ce n’est pas au-delà d’un doute raisonnable», a fait valoir M. Saulnier.

Il y a eu «de nombreuses» preuves au cours du procès selon lesquelles M. Coban a réparé des ordinateurs et remplacé des disques durs, dont certains qu’il a reçus par la poste, a déclaré son avocat.

«Je suis convaincu que cela peut expliquer certains des appareils en sa possession», a-t-il dit. «S’il est le gars de l’informatique qui travaille et répare ces appareils, il y a une corrélation, ils sont dans son bungalow».

Il a mis en garde le jury contre l’utilisation par la Couronne du terme «sextortionniste», le qualifiant de «plaidoyer».

Au début du procès il y a deux mois, la Couronne a dit au jury que Mme Todd avait été victime d’une campagne persistante de «sextorsion» en ligne pendant trois ans avant sa mort à l’âge de 15 ans en octobre 2012.

«Je n’utiliserai pas ce terme», a dit Me Saulnier. «M. Coban n’est pas accusé de sextorsion».  

La procureure Kenworthy a déclaré plus tôt mardi que même si les preuves contre M. Coban étaient circonstancielles, deux appareils saisis par la police le relient à l’adolescente de Port Coquitlam.

«Tous les chemins mènent à M. Coban», a déclaré Mme Kenworthy au jury en présentant les preuves trouvées sur les deux appareils qui, selon elle, montrent qu’ils ont été utilisés par l’homme néerlandais.

«Il est la personne qui a commis ces infractions. Il n’y a pas d’autre conclusion raisonnable.»

Un policier a témoigné au procès qu’il avait trouvé des preuves montrant que plusieurs des comptes utilisés pour extorquer Amanda Todd provenaient des deux appareils saisis par la police néerlandaise lorsque M. Coban a été arrêté en janvier 2014.

Mme Kenworthy a déclaré au jury qu’une lettre d’emploi et des relevés bancaires au nom de M. Coban ont également été trouvés sur l’un des appareils.

Elle a également indiqué qu’un compte Skype lié à un autre pseudonyme utilisé pour harceler Mme Todd était actif sur un appareil au domicile de M. Coban quelques minutes avant son arrestation.

Les enregistrements Facebook montrent que le compte Skype «KelseyMeowz» était géré par la même personne qui utilisait le pseudonyme «KelseyRain2», qui avait précédemment contacté Amanda Todd, a-t-elle souligné.

«Alors, qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que l’utilisateur de »KelseyMeowz » était sur cet ordinateur à ce moment-là. Quelle est cette heure (sur le fuseau horaire) néerlandais? C’est 21h55. M. Coban a été arrêté seul dans sa résidence à 22h. M. Coban est KelseyMeowz. M. Coban est KelseyRain2.»

Mme Kenworthy a dit aux membres du jury qu’ils n’ont pas besoin d’accepter toutes ou même la plupart des déductions faites par la Couronne pour être convaincus que M. Coban est la personne qui a commis ces infractions. Selon elle, le «dossier est clair». 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.