Affaire Vance: les conservateurs veulent entendre Astravas et Marques

OTTAWA — Les conservateurs fédéraux veulent convoquer une haute fonctionnaire fédérale et un ancien conseiller de Justin Trudeau devant un comité de la Chambre des communes afin de savoir quand ils ont été mis au courant pour la première fois des allégations d’inconduite sexuelle contre l’ancien chef d’État-major de la Défense, le général Jonathan Vance — et ce qu’ils ont fait à ce sujet.

Ils demanderont lundi au comité permanent de la Défense nationale de faire comparaître au cours des jours suivants Zita Astravas et Elder Marques. 

Mme Astravas était la cheffe de cabinet du ministre de la Défense Harjit Sajjan et M. Marques était un conseiller principal du premier ministre Justin Trudeau lorsque l’ancien ombudsman militaire Gary Walbourne dit avoir évoqué le sujet une première fois, en mars 2018.

Celui-ci, qui a témoigné mercredi, n’a pas révélé la nature des allégations, invoquant son devoir de préserver la confidentialité. Selon le réseau Global, le général Vance aurait envoyé un courriel sexuellement suggestif à une militaire subalterne en 2012, avant de devenir chef de la défense.

Dans un courriel obtenu par La Presse Canadienne, Mme Astravas demandait à l’ancien ombudsman s’il avait mis au courant une fonctionnaire du Bureau du conseil privé des allégations non précisées qu’il avait soulevées avec le ministre. Ce courriel a été envoyé le 5 mars 2018, soit quatre jours après que M. Walbourne dit avoir prévenu M. Sajjan.

Selon le Globe and Mail, Mme Astravas, aujourd’hui la cheffe de cabinet du ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, et M. Marques ont également discuté de la question, bien que le premier ministre Justin Trudeau ait dit ne pas avoir été au courant d’une allégation précise contre le général Vance.

«L’ombudsman n’a pas fourni suffisamment d’informations aux responsables en place pour pouvoir donner suite à ces allégations, mais c’est quelque chose que nous essaierons toujours de résoudre de manière responsable», a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse à Ottawa, vendredi.

M. Marques a quitté le cabinet du premier ministre à la fin de septembre.

Le ministre Sajjan a refusé de confirmer s’il avait été mis au courant par M. Walbourne. Il a déclaré au comité parlementaire qu’il avait été aussi surpris que tout le monde lorsque Global a rapporté pour la première fois, en février, des allégations contre l’ancien chef d’état-major de la défense.

Le ministre a déclaré qu’il avait toujours suivi à la lettre les procédures lorsque des allégations d’inconduite sexuelle étaient portées à son attention. Les partis d’opposition ont mis en doute cette affirmation, disant que les libéraux cherchaient plutôt à balayer toute cette histoire sous le tapis.

«Les Canadiens doivent obtenir des réponses de ceux qui sont directement impliqués dans ce camouflage libéral, a déclaré dimanche le porte-parole conservateur de la défense James Bezan. C’est pourquoi nous présenterons une motion pour que l’ancienne cheffe de cabinet du ministre Sajjan, Zita Astravas, et le conseiller principal de Trudeau, Elder Marques, témoignent devant le comité de la défense.»

Les conservateurs ont indiqué qu’ils prévoyaient également de rappeler M. Sajjan devant le comité.

Le reportage de Global dit que l’officier supérieur a entretenu une relation continue avec une subordonnée, qui a commencé il y a plus de dix ans et qui s’est poursuivie après qu’il eut été nommé chef d’état-major de la défense en 2015 – lorsqu’il a promis d’éradiquer l’inconduite sexuelle des Forces armées.

Jonathan Vance a nié tout acte répréhensible.

Laisser un commentaire