Afrique du Sud: le mystère plane autour de la mort de 21 adolescents

LE CAP, Afrique du Sud — Les autorités sud-africaines cherchaient des réponses, lundi, après la mort de 21 adolescents qui célébraient la fin des examens scolaires dans une boîte de nuit. Les corps de nombreuses victimes, dont la plus jeune n’avait que 13 ans, ont été découverts par la police allongés sur des tables, affalés sur des chaises et étendus sur le sol du club aux premières heures du dimanche matin.

La porte-parole de la police, la colonelle Athlenda Mathe, a déclaré que l’enquête sur les décès à la taverne Enyobeni dans la ville d’East London, dans la province du Cap-Oriental, était en cours et qu’aucune cause n’avait encore été établie.

Mais le ministre de la Police, Bheki Cele, a déclaré que des échantillons médico-légaux prélevés sur les victimes avaient été envoyés à un laboratoire de toxicologie au Cap, indiquant que la police enquêtait pour savoir si les victimes avaient ingéré un poison ou une toxine. M. Cele a ajouté que les analyses toxicologiques pourraient prendre «beaucoup de temps».

Le responsable provincial de la sécurité, Unathi Binqose, a déclaré au journal «Daily Maverick» que les victimes avaient peut-être ingéré une substance toxique en buvant de l’alcool ou en fumant la chicha. Les premiers rapports ont émis l’hypothèse que les adolescents pourraient être morts dans une bousculade, mais les autorités n’ont trouvé aucun signe visible de blessures sur les corps.

La police a dit avoir été appelée à la boîte de nuit vers 4 heures du matin, dimanche, après avoir reçu un appel indiquant qu’il y avait des «corps sans vie». Les agents qui ont répondu à l’appel sont arrivés sur les lieux d’une sombre scène : 17 adolescents ont été retrouvés morts sur place. Deux autres sont décédés dans une clinique locale, un est mort sur le chemin de l’hôpital et un autre à l’hôpital. Ils étaient âgés de 13 à 17 ans, a indiqué la police.

Les adolescents auraient célébré la fin des examens de mi-année, l’anniversaire d’un DJ local et l’assouplissement des restrictions liées à la COVID-19 en Afrique du Sud, qui avait été annoncé plus tôt dans la semaine.

Les parents ont été invités à se rendre à la morgue pour identifier leurs enfants.

Le ministre Cele s’est rendu dimanche à la boîte de nuit et à la morgue et a retenu ses larmes en s’adressant aux journalistes à l’extérieur.

«La scène que j’ai vue ici à l’intérieur, ça importe peu le type de cœur que vous avez, a déclaré Cele. Premièrement, la vue de ces corps qui dorment là-bas. Mais quand vous regardez leurs visages, vous réalisez qu’il est question d’enfants, d’enfants, d’enfants.»

«Vous avez entendu dire qu’ils sont jeunes, mais quand vous les voyez, vous réalisez que c’est un désastre. Vingt et un d’entre eux. Trop.»

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui se trouve en Allemagne pour le sommet du G7, a présenté ses condoléances aux familles des victimes dans un communiqué, mais s’est également dit préoccupé par la raison pour laquelle «de tels jeunes étaient rassemblés dans un lieu qui, à première vue, devrait être interdit aux personnes de moins de 18 ans».

Il est illégal pour toute personne de moins de 18 ans de consommer de l’alcool en Afrique du Sud et les résidants et les dirigeants communautaires ont demandé la fermeture de la boîte de nuit. La tragédie mettra un nouveau regard sur les nombreux bars et discothèques opérant dans les quartiers pauvres d’Afrique du Sud et qui sont souvent critiqués pour ne pas respecter les lois sur l’alcool.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.