Agression à Dalhousie: la victime dit souffrir de stress post-traumatique

HALIFAX — Une jeune femme ayant été agressée sexuellement par un autre étudiant de l’Université Dalhousie à Halifax affirme qu’elle souffre désormais de stress post-traumatique et qu’elle a fait deux tentatives de suicide dans la dernière année.

La femme, dont l’identité ne peut être dévoilée en raison d’un interdit de publication, a lu sa déclaration d’impact, lundi, lors d’une audience sur la peine de Chris Davidson, un homme de Calgary ayant été reconnu coupable en février par un jury d’agression sexuelle et de séquestration.

La victime, qui était alors âgée de 17 ans, était dans sa première année d’études à l’Université Dalhousie lorsqu’elle a rencontré Chris Davidson, un étudiant de 18 ans originaire de Calgary.

Elle a soutenu lundi qu’elle faisait des cauchemars relativement à l’agression et souffrait aussi de dépression, d’anorexie, d’insomnie et d’automutilation.

Le procureur de la Couronne Glenn Hubbard demande une peine de trois ans de prison. L’avocat de la défense William Leahey a affirmé que son client devrait passer deux ans dans un pénitencier fédéral. Le juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Glen McDougall, a reporté sa décision à mardi.