Agressions sexuelles: l’ex-cardinal McCarrick bafouait les règles du Vatican

VATICAN — Des correspondances par courriel démontrent que l’ancien cardinal américain Theodore McCarrick avait été soumis à des restrictions imposées par le Vatican en ce qui concerne le fait de dormir avec des séminaristes, mais qu’il a régulièrement bafoué ces règles de voyage — et les responsables du Vatican sous les papes Benoît XVI et François semblaient être au courant.

Des extraits de courriels, dévoilés mardi par un ancien employé, confirment que le cardinal de Washington aujourd’hui à la retraite, Donald Wuerl, était informé de ces restrictions, même s’il a dit le contraire lorsque le scandale McCarrick a éclaté l’an dernier.

Le pape François a défroqué M. McCarrick en février après qu’une enquête de l’église eut confirmé qu’il avait agressé sexuellement des mineurs et des adultes.

L’existence de restrictions concernant M. McCarrick fait l’objet de débats depuis qu’un diplomate à la retraite du Vatican a accusé le pape de vouloir réhabiliter le cardinal alors qu’il était au courant de son comportement.

Le scandale McCarrick a provoqué une crise de confiance envers la hiérarchie catholique aux États-Unis et au Vatican, puisqu’il s’agissait d’un secret de polichinelle que l’ex-cardinal avait harcelé sexuellement des séminaristes et les avait forcés à dormir avec lui dans le même lit.

Les courriels ne précisent pas les informations dont disposait le pape, ou si ce dernier avait levé les restrictions. Mais ils démontrent que M. McCarrick les a régulièrement ignorés, même pendant la papauté de Benoît XVI.

Les extraits ont été publiés en ligne par l’ancien secrétaire du cardinal, monseigneur Anthony Figueriredo, qui est actuellement prêtre à l’ancien diocèse de M. McCarrick, à Newark, au New Jersey. Ils avaient d’abord été rendus publics par le site internet Crux et le réseau CBS.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie