Priorité aux familles: les congés parentaux pourront s’étirer sur deux ans

QUÉBEC — D’ici la fin de son mandat, le gouvernement Couillard entend multiplier les gestes destinés à faciliter la vie des parents de jeunes enfants, une des clientèles-cibles de la prochaine campagne électorale.

La qualité de vie passée en famille devient l’objectif numéro un du gouvernement, huit mois jour pour jour avant le prochain scrutin.

Ainsi, à la suite de la naissance d’un enfant, les parents pourront étendre sur deux ans le temps passé à la maison avec le bébé, au lieu d’une année comme c’est le cas actuellement. Le nombre total de semaines de congé parental autorisé n’augmentera pas, et le pourcentage du salaire versé ne changera pas non plus, mais Québec offrira aux parents le choix de prendre ce congé en continu ou de l’étirer sur un maximum de deux années.

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, déposera un projet de loi cet hiver ayant pour effet de modifier le Régime québécois d’assurance parentale. Le changement se fera à coût nul pour le gouvernement et les employeurs.

Les parents souhaitant se prévaloir des nouvelles dispositions de la loi devront cependant s’assurer d’abord d’obtenir l’accord de leur employeur.

De son côté, la ministre du Travail, Dominique Vien, déposera un projet de loi destiné à réviser les normes du travail qui devra inclure un plus grand nombre de jours de congés et de vacances offerts aux parents de jeunes enfants et à ceux qui doivent s’occuper de proches âgés.

En mars, le ministre des Finances, Carlos Leitao, prévoit quant à lui annoncer quelques belles surprises aux parents en vue d’alléger leur fardeau fiscal.

Telles sont les principales annonces faites jeudi par le premier ministre Philippe Couillard, en conférence de presse, au terme de deux jours d’un caucus des députés libéraux, à la veille de la reprise des travaux parlementaires mardi prochain.

«On veut offrir plus de souplesse et davantage de possibilités aux parents», comme le fait de travailler à temps partiel ou de faire un retour progressif au travail après la naissance d’un enfant, a commenté le premier ministre à propos des modifications à apporter au régime d’assurance parentale.

«On veut donner plus de temps aux familles pour respirer», a-t-il dit. 

Ce sera la dernière session avant le scrutin du 1er octobre, donc la dernière chance du gouvernement de faire sa marque sur le plan législatif, et on constate que la conciliation travail-famille sera au centre des préoccupations.

Un comité, dirigé par le ministre de la Famille, Luc Fortin, a d’ailleurs été créé pour formuler des recommandations au gouvernement à ce sujet et doit remettre son rapport prochainement.  

M. Couillard ne craint pas le mécontentement du monde patronal, qui devra s’ajuster à ce nouveau contexte de congés parentaux à géométrie variable, car «un employé heureux, qui a la capacité d’être moins inquiet pour ses enfants ou ses parents âgés, c’est un employé plus productif».

Pour faciliter le changement, Québec envisage d’adopter des mesures destinées à soutenir les petites et moyennes entreprises n’ayant pas les moyens de se doter d’un service de ressources humaines.

En ce qui a trait aux jours supplémentaires de congés et de vacances mis à la disposition des parents, «c’est clair qu’on a des objectifs assez concrets sur cette question-là», a indiqué le premier ministre, sans donner de précisions mais en assurant qu’il ne parlait pas «dans les airs».

M. Couillard a rappelé qu’il était issu d’une génération pour laquelle le travail était la valeur ultime. Il a dit regretter de ne pas avoir passé plus de temps avec ses enfants, à l’époque, au lieu de travailler plus de 60 heures par semaine.

Mais les temps ont bien changé et désormais les jeunes familles «veulent du temps de qualité avec leurs enfants», a-t-il ajouté, et c’est précisément ce que le gouvernement tentera de leur offrir, cherchant à s’adapter à ce nouveau «paradigme social».

Le ministre François Blais a qualifié de «majeure» sa future refonte du régime d’assurance parentale, qui permettra un étalement dans le temps des congés de maternité et de paternité.

Le gouvernement a beaucoup de pain sur la planche d’ici l’ajournement des travaux le 15 juin, plusieurs projets de loi à déposer, d’autres présentement à l’étude à faire adopter, et «nous gouvernerons activement jusqu’au dernier jour du mandat que la population nous a confié en 2014», a promis M. Couillard. 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie