Alcool au volant: le premier ministre de la Nouvelle-Écosse doit se défendre

HALIFAX — Quatre jours après que le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a révélé qu’il avait été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies quand il était plus jeune, Iain Rankin a été confronté jeudi à d’autres questions sur son propre dossier et sur la question de savoir si des membres de son caucus ont aussi fait face à des accusations similaires.

Alors que les spéculations s’intensifiaient sur un déclenchement imminent d’élections, le premier ministre libéral s’est de nouveau excusé pour ses actions et a insisté sur le fait qu’il était devenu une personne différente, ayant appris d’importantes leçons sur «l’impact désastreux des décisions égoïstes».

M. Rankin a confirmé lundi qu’il avait été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies en 2003, alors qu’il avait 20 ans, et il a également révélé qu’il avait fait face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies en 2005, mais qu’il avait été innocenté.

Lorsqu’on lui a demandé si d’autres membres de son caucus avaient un casier judiciaire, le premier ministre de 38 ans a mentionné qu’il ne le savait pas.

Il a également dit qu’il envisagerait de divulguer publiquement une liste de candidats et de membres du caucus ayant un casier judiciaire – comme les partis en Saskatchewan l’ont fait l’année dernière – mais il n’a pas pris d’engagement ferme.

De plus, M. Rankin a affirmé qu’il aimait toujours boire «une bière ou deux (et) sortir dans un pub», mais il a souligné qu’il n’abusait pas de l’alcool. Il a toutefois admis qu’il buvait trop au début de la vingtaine.

Réflexion chez les partis d’opposition

Pendant ce temps, le Parti progressiste-conservateur (PPC) de la Nouvelle-Écosse a publié jeudi un communiqué indiquant que le parti «n’a pas de candidats désignés ou de membres du caucus reconnus coupables d’une infraction criminelle».

La possibilité de dévoiler les membres du caucus ou les candidats ayant un casier judiciaire n’a pas encore été discutée à l’intérieur du PPC, mais pourrait être étudiée, ont avancé les coprésidents de la campagne électorale Tara Miller et Cameron MacKeen, dans le communiqué.

Même si la formation politique croit que tout le monde à droit à une deuxième chance, elle reproche au premier ministre Rankin d’avoir induit les Néo-Écossais en erreur au sujet de sa deuxième arrestation pour conduite en état d’ébriété et d’en avoir minimisé la gravité. Le parti estime que cela témoigne «d’un manque de jugement et d’un faible leadership».

Dans un communiqué, le Nouveau Parti démocratique de la province a, pour sa part, mentionné que des candidats néo-démocrates avaient divulgué dans le passé des condamnations pénales avant une élection.

Au cours des prochains jours, le NPD aura des discussions avec ses candidats concernant la publication de telles informations de façon formelle.

— Avec la collaboration de Michael Tutton

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.