ALÉNA: Doug Ford s’oppose à tout compromis sur la gestion de l’offre

PAIN COURT , Ont. — Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, s’engage à défendre les agriculteurs de la province lorsqu’il se rendra à Washington pour obtenir des renseignements sur la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Prenant part à une expo rurale, mardi, il a réitéré que tout traité de libre-échange conclu avec les États-Unis devra protéger le secteur agricole.

Avant de se rendre à Washington pour s’entretenir avec l’ambassadeur et l’équipe de négociateurs canadiens, M. Ford a soutenu mardi que les emplois en agriculture ne peuvent sous aucune circonstance faire l’objet de marchandage.

Le système canadien de gestion de l’offre pour les oeufs, la volaille et les produits laitiers constitue une pierre d’achoppement dans les pourparlers avec les États-Unis, qui doivent reprendre cette semaine aux plus hauts niveaux.

Le premier ministre ontarien maintient que le Canada ne doit consentir à aucun compromis sur la gestion de l’offre.

«Nous devons protéger les fermiers, nous devons protéger les travailleurs du secteur automobile. Nous devons protéger tout le monde en Ontario», a-t-il martelé.

Justin Trudeau s’est déjà engagé à ne pas céder de terrain en matière de gestion de l’offre, alors que les États-Unis réclament un plus grand accès au marché laitier canadien.

Les plus populaires