Frank Zampino, Paolo Catania et leurs coaccusés sont acquittés

MONTRÉAL — La saga judiciaire du Faubourg Contrecoeur s’est partiellement conclue, mercredi, par l’acquittement de Frank Zampino, Paolo Catania et quatre coaccusés dans ce dossier.

L’ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal et l’entrepreneur en construction étaient accusés de fraude, d’abus de confiance et de complot.

Les quatre autres accusés qui ont été acquittés — Martin D’Aoust, André Fortin, Patrice Pascale et Pasquale Fedele — étaient des employés de Construction Frank Catania qui faisaient aussi face à des chefs de fraude et de complot.

Les six hommes avaient été traînés en justice en mai 2012 à la suite d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), mais les procédures s’étaient étirées au fil des ans et des requêtes multiples déposées par la défense.

Le dossier avait été porté à l’attention des autorités en raison des transactions entourant le terrain où le projet immobilier Faubourg Contrecoeur a été construit.

Ce terrain avait été vendu par la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) à Construction Frank Catania en 2007 pour la somme de 19 millions $, mais le prix avait été réduit de plus de 14 millions $, notamment en raison des frais de décontamination requis pour y construire des logements.

Un autre accusé, Daniel Gauthier, qui dirigeait une firme d’urbanistes, a reconnu sa culpabilité à des accusations de fraude et de complot pour fraude en février 2016, alors que Bernard Trépaner, l’ancien collecteur de fonds du parti du maire Gérald Tremblay, Union Montréal, subit un procès séparé dans cette affaire.

Enfin, un neuvième accusé, Martial Fillion, l’ex-directeur général de la Société d’habitation de Montréal (SHDM), est mort en 2013.

Le procès des six hommes innocentés mercredi par le juge Yves Poulin s’était ouvert en février 2016 et s’était étalé sur deux ans, avec plus de 60 témoins entendus.

L’affaire avait également été scrutée à la loupe par la commission Charbonneau, qui enquêtait sur la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction.

Les commentaires sont fermés.

Encore un dossier de l,UPAC qui tombe a l,eau.preuve insuffisante.attendez-vous a des résultats similaires dans d,autres dossiers

Les plus populaires