Ottawa décrète un jour férié fédéral lundi prochain, pour les funérailles de la reine

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé mardi que le 19 septembre prochain sera un jour férié fédéral, afin de souligner les funérailles d’État de la reine Élisabeth II, à Londres. 

En marge de la retraite du caucus libéral au Nouveau-Brunswick, mardi, M. Trudeau a expliqué qu’il était important d’offrir aux Canadiens «une occasion de faire le deuil» lundi prochain. 

Lundi sera férié pour tous les employés du gouvernement fédéral. Par contre, ce congé ne sera pas offert automatiquement aux travailleurs des secteurs sous réglementation fédérale, comme les institutions financières ou le transport aérien. 

«Les employeurs sous réglementation fédérale sont invités à faire de même, mais ils ne sont pas tenus de le faire», a précisé mardi après-midi sur Twitter le ministre fédéral du Travail, Seamus O’Regan. 

M. Trudeau avait indiqué plus tôt que son gouvernement travaillerait avec les provinces et les territoires pour s’assurer d’une coordination nationale. Il appartiendra aux gouvernements provinciaux et territoriaux de décréter ce jour férié pour les travailleurs d’autres secteurs ou pour les écoles, par exemple.

Interrogé là-dessus mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a toutefois déclaré aux journalistes que ce serait lundi un jour de commémoration pour la reine Élisabeth II, mais pas un jour férié.

De même, en Ontario, le gouvernement a indiqué mardi après-midi qu’il ne décréterait pas un jour férié, invitant plutôt les citoyens à observer une minute de silence à 13 h lundi. Il n’y aura pas non plus de jour férié en Saskatchewan.

Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador ont de leur côté annoncé que les bureaux du gouvernement et les écoles seraient fermés le jour des funérailles de la reine. Ce jour férié sera toutefois facultatif pour les entreprises et les commerces du secteur privé.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a annoncé mardi après-midi qu’il décrétait un jour férié lundi prochain pour les travailleurs sous réglementation provinciale. Les bureaux du gouvernement et les écoles publiques seront donc fermés lundi.

La Colombie-Britannique a décidé d’emboîter le pas en respectant le jour national de deuil. Les écoles, les institutions d’enseignement post-secondaire et la plupart des sociétés d’État seront donc fermées le 19 septembre.

Au Manitoba, les bureaux de services jugés non essentiels par le gouvernement seront fermés, mais les écoles et les garderies demeureront ouvertes.

Le président et chef de la direction de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a déclaré mardi qu’«étant donné le préavis de six jours, l’ajout d’un jour férié serait profondément injuste pour les PME et coûterait des milliards de dollars à l’économie». La FCEI exhorte les gouvernements provinciaux à ne pas déclarer lundi prochain un jour férié (payé), a écrit Dan Kelly sur Twitter mardi. 

«De nombreuses PME, comme les restaurants, les hôtels et les cinémas, seraient contraintes de payer des sommes supplémentaires pour rester ouvertes, écrit M. Kelly. Les provinces devraient suivre l’exemple du Royaume-Uni, plutôt que le gouvernement du Canada.»

Au Royaume-Uni, les employeurs peuvent offrir des jours fériés, mais lundi prochain, les travailleurs ne seront pas automatiquement en congé national, selon le site web du gouvernement britannique.

Au Canada, il y a 12 jours «fériés payés» au niveau fédéral. Certains de ces jours fériés fédéraux ne sont pas des congés payés dans toutes les provinces, notamment le jour du Souvenir, le 11 novembre, et la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation, le 30 septembre.

«Il est aussi à noter qu’avec cet ajout, il y aura quatre jours fériés payés en cinq semaines pour les travailleurs sous réglementation fédérale (fête du Travail, funérailles de la reine, Vérité et Réconciliation, Action de grâces), écrit M. Kelly, de la FCEI. Ce sont tous des jours importants, mais c’est beaucoup de temps loin du travail.»

Le Bloc québécois s’est dit contre l’idée «de fermer l’accès aux services fédéraux, comme les bureaux de passeports et d’assurance-emploi, afin de faire le deuil de la reine». 

«Comme la grande majorité des Québécoises et Québécois, nous nous rendrons au travail lundi, a écrit dans un courriel le whip du parti, Claude DeBellefeuille. Le Bloc québécois gardera ainsi ses bureaux de circonscriptions ouverts et continuera à assurer les services à la population le lundi 19 septembre prochain.»

Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a pour sa part affirmé que même s’il croit que les Québécois ont besoin de plus de congés, les funérailles de la reine ne nécessitent pas de jour férié au Québec, à son avis.

«Je pense qu’on a besoin de plus de vacances au Québec, on a besoin de plus de journées fériées parce qu’on est en pleine crise de burn-out, en pleine épidémie d’épuisement professionnel, a dit M. Nadeau-Dubois. Je pense qu’il y a des évènements plus significatifs pour le peuple québécois que des évènements liés à la monarchie britannique.»

M. Trudeau a également indiqué mardi que lui et les chefs de l’opposition à Ottawa travaillaient sur une liste finale pour la délégation qui assistera en personne aux funérailles de la reine Élisabeth II à l’abbaye de Westminster lundi prochain.

Des cérémonies de commémoration auront également lieu lundi au Canada. À Ottawa, on prévoit un défilé de militaires et de policiers de la Gendarmerie royale du Canada, un service religieux à la cathédrale anglicane et un défilé aérien. Ces cérémonies seront télédiffusées lundi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.