Le Bureau de la concurrence s’inquiète de l’acquisition de Sunwing par WestJet

OTTAWA — Le Bureau de la concurrence a soulevé des préoccupations importantes au sujet de la proposition de WestJet pour acquérir Vacances Sunwing et Sunwing Airlines, affirmant que l’accord entraînerait probablement une hausse des prix et une diminution du service pour les Canadiens. 

Dans un rapport remis mercredi au ministre des Transports du Canada, l’organisme fédéral de réglementation a souligné que l’élimination de la rivalité entre les deux sociétés aurait vraisemblablement pour effet d’empêcher ou de diminuer sensiblement la concurrence dans la vente de forfaits vacances aux Canadiens. 

«La transaction envisagée entraînera l’acquisition de l’un des plus grands voyagistes intégrés du Canada par l’un de ses principaux rivaux dans la fourniture de forfaits vacances», indique le rapport. 

«Dans l’ensemble, WestJet et Sunwing représentent environ 37 % de la capacité de transport sans escale entre le Canada et les destinations soleil et 72 % de la capacité de transport sans escale entre l’Ouest canadien et les destinations soleil.» 

WestJet a annoncé en mars un plan pour réaliser l’acquisition de Sunwing, une transaction qui lui permettrait de raffermir son empreinte sur le marché des destinations soleil et des centres de villégiature. Les détails financiers de l’accord, qui verrait les actionnaires de Sunwing devenir des actionnaires du Groupe WestJet, n’ont pas été divulgués. 

Dans son rapport, le Bureau de la concurrence a noté qu’une fusion des deux transporteurs créerait un monopole sur 16 lignes entre le Canada et le Mexique ou les Caraïbes, et réduirait ou empêcherait la concurrence pour la fourniture de forfaits vacances sur un total de 31 lignes entre ces mêmes pays. 

Mais dans un communiqué envoyé par courriel mercredi, la porte-parole de Sunwing, Melanie Anne Filipp, a indiqué que les itinéraires identifiés comme préoccupants se situaient principalement dans l’Ouest canadien, ne représentaient qu’une très petite partie des activités de Sunwing — un peu plus de 10 % de tous les sièges — et étaient essentiellement des itinéraires saisonniers. 

«Il convient également de noter que Sunwing n’exploite plus six des lignes mentionnées dans le rapport, a déclaré Mme Filipp. Nous demeurons convaincus que cette transaction est une bonne nouvelle pour les Canadiens.» 

Dans un communiqué de presse, WestJet a affirmé que la transaction proposée avec Sunwing était un élément central de l’engagement de la compagnie aérienne de Calgary consistant à donner la priorité aux voyages d’agrément et aux destinations soleil d’un océan à l’autre, et à augmenter les offres de forfaits aériens et vacances abordables pour tous les Canadiens. 

Transports Canada procède également à un examen d’intérêt public de la transaction proposée. La décision finale concernant l’accord sera prise par le cabinet, sur la base d’une recommandation du ministre. 

WestJet a affirmé que cette décision tiendrait compte d’autres facteurs, notamment la préservation promise par WestJet de la marque Sunwing, son engagement à maintenir les bureaux de Sunwing à Toronto et à Montréal, la création de nouveaux vols en conservant les avions de Sunwing au Canada toute l’année et les nouveaux emplois qui en résulteraient. 

«Nous remercions le Bureau de la concurrence et saluons son rapport», a déclaré la vice-présidente de WestJet, Angela Avery, dans le communiqué. «Nous sommes impatients de concrétiser cette transaction au profit des voyageurs, des communautés et des employés canadiens.» 

Les sociétés ont indiqué s’attendre à ce que la transaction soit conclue d’ici le printemps 2023, en attendant les approbations réglementaires et gouvernementales restantes. 

D’autres moyens de promouvoir la concurrence 

Le président de la société de conseil torontoise AirTrav, Robert Kokonis, a indiqué qu’il n’était pas étonné que le Bureau de la concurrence signale des problèmes avec la proposition d’acquisition. 

«Nous savions avant le début de tout ce processus que, bien sûr, WestJet est l’acteur dominant dans l’Ouest canadien et que Sunwing est la plus grande entreprise de forfaits de vacances au pays, et que le regroupement des deux constituerait une force plus dominante dans l’Ouest», a affirmé M. Kokonis. 

«Mais je préférerais voir le gouvernement promouvoir la concurrence par d’autres moyens. Par exemple, en générant le bon environnement réglementaire pour la création de nouveaux transporteurs», a-t-il ajouté. 

M. Kokonis a noté que rien n’empêchait un autre transporteur de démarrer un service sur l’une des lignes signalées par l’organisme de réglementation pour manque de concurrence. 

Il a ajouté que la proposition d’acquisition de Sunwing était une partie importante du plan de WestJet visant à recentrer ses activités dans l’Ouest canadien, et que l’accord créerait un nombre important d’emplois dans l’Ouest puisque les avions exploités de façon saisonnière le seraient désormais toute l’année. Actuellement, Sunwing répond à la demande saisonnière en louant la majeure partie de sa flotte pendant l’hiver. 

«La position du Bureau de la concurrence ici va probablement être perçue comme un coup porté à l’Ouest canadien par les pouvoirs centraux de l’Ontario et du Québec», a estimé M. Kokonis. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.