L’ex-ministre des Relations internationales, Nadine Girault, est décédée

QUÉBEC — L’ex-ministre des Relations internationales et de l’Immigration, Nadine Girault, est décédée à l’âge de 63 ans.

Le premier ministre François Legault et son homologue fédéral Justin Trudeau lui ont rendu hommage, lundi.    

«Je suis tellement triste d’apprendre le décès de notre ancienne collègue et amie Nadine Girault», a fait savoir M. Legault sur les réseaux sociaux lundi matin.

«Je suis de tout coeur avec ceux qui pleurent le décès de (…) Nadine Girault, dont on se souviendra pour son ardeur au travail, sa passion et son dévouement au service des autres», a commenté M. Trudeau par Twitter. 

Mme Girault n’a été députée de Bertrand (Laurentides) et ministre qu’un seul mandat, de 2018 à 2022. En 2019, elle avait reçu un diagnostic de cancer du poumon et elle avait dû prendre du repos. 

En juillet dernier, elle avait annoncé qu’elle se retirait temporairement de ses fonctions de ministre et qu’elle ne se représenterait pas aux élections d’octobre 2022 pour des raisons de santé.

M. Legault a rendu hommage à une «femme passionnée, déterminée et attachante». 

Mme Girault n’a pas déposé de projet de loi pendant son mandat, mais a fondé l’Institut de la diplomatie, qui vise à perfectionner la formation des équipes qui travaillent en relations internationales au Québec.

Réactions

Les réactions du monde politique se sont multipliées après l’annonce de sa mort.

Sa successeure aux Relations internationales, Martine Biron, a écrit dans Twitter qu’elle lui avait «légué un réseau international résilient et fort».

Sa collègue, la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a cité une chanson de Diane Tell pour dire que Mme Girault était d’une «élégance rare» et qu’elle était «plus forte que l’ébène». 

«Belle douce et si forte Nadine, tu vas nous manquer», a pour sa part écrit la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

La ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, a dit pour sa part qu’elle était «très attristée».

Mme St-Onge dit avoir collaboré avec elle sur de nombreux dossiers internationaux et qu’elle avait «beaucoup de respect» pour elle. 

Oppositions

Les chefs des partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont également tenu à honorer la mémoire de l’ancienne parlementaire. 

«Elle était une collègue appréciée de toutes et tous», a noté le chef intérimaire du Parti libéral (PLQ), Marc Tanguay.

Le chef parlementaire de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a offert ses condoléances à sa famille et à ses proches. 

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a souligné que le Québec lui devait la création de l’Institut de la diplomatie.

Carrière

Mme Girault avait un bagage et une formation de gestionnaire. Elle a occupé des postes de gestion notamment à la Banque Royale, la Banque de Montréal et chez Desjardins, en plus d’avoir siégé à plusieurs conseils d’administration. 

Elle avait fait son entrée en politique en 2018 avec la Coalition avenir Québec (CAQ). Après son élection dans Bertrand en octobre 2018, la recrue avait été promue au cabinet, à titre de ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Lors d’un remaniement en 2020, elle avait été mutée au ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.