Santé Canada approuve le vaccin de Moderna pour les jeunes enfants

Un nouvel outil s’ajoute à la lutte contre la COVID-19 au Canada en ce début de septième vague. Santé Canada autorise le vaccin de Moderna destiné aux enfants de six mois à cinq ans, qui devient ainsi le premier vaccin approuvé pour ce groupe d’âge au pays.

L’organisme canadien de réglementation des médicaments affirme que le vaccin «Spikevax» de Moderna destiné aux jeunes enfants correspond au quart de la dose approuvée pour les adultes.

Le vaccin nécessite deux doses administrées à au moins quatre semaines d’intervalle, indique Santé Canada, mais le Comité consultatif national de l’immunisation recommande plutôt d’attendre huit semaines avant de recevoir la seconde injection.

L’approbation étend l’admissibilité au vaccin contre la COVID-19 à près de deux millions d’enfants au Canada.

«Cette homologation arrive à un moment critique de la pandémie», a reconnu le directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, Dr Marc Berthiaume, alors que la septième vague émerge partout au pays.

«Les essais cliniques ont été menés alors que le variant Omicron était le principal variant en circulation au Canada et aux États-Unis. Les estimations d’efficacité chez les participants âgés de six mois à cinq ans étaient similaires à celles des adultes», a ajouté le Dr Berthiaume pour illustrer l’utilité de la vaccination chez les jeunes.

Santé Canada précise qu’aucun effet secondaire grave n’a été relevé lors des essais, mais que comme chez les autres groupes d’âge, la vaccination peut entraîner certains effets indésirables, comme des pleurs, une douleur au site d’injection ou de la fatigue.

Le Dr Berthiaume a cependant précisé que ces effets disparaissaient au plus tard en «quelques jours».

L’administrateur adjoint de la santé publique du Canada, Dr Howard Njoo, a confirmé que la vaccination des enfants commencera «très bientôt» et qu’assez de doses seront disponibles pour vacciner tous les enfants du pays qui le souhaitent. La gestion des opérations sera confiée aux provinces.

Au Québec, la conseillère médicale stratégique senior de la direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Dre Marie-France Raynault, a affirmé que le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) fournira prochainement une recommandation sur le déploiement de ce vaccin destiné aux jeunes.

«Nos premières discussions avec les autorités et les experts du CIQ nous laissent penser que le vaccin sera disponible pour les parents qui voudront vacciner leurs enfants ici au Québec comme ailleurs au Canada», a souligné la Dre Raynault.

«Maintenant, pour l’intensité avec laquelle on recommandera cette vaccination, on attend l’avis du CIQ.»

Le vaccin pédiatrique contre la COVID-19 de Pfizer pour les enfants âgés de six mois à cinq ans a aussi été soumis à Santé Canada le mois dernier et il est toujours en cours d’examen. Aucun vaccin pour les 0-6 mois n’est présentement étudié.

La vaccination utile même chez les enfants

Toutes proportions gardées, les cas graves de COVID-19 chez les enfants ont été peu nombreux depuis le début de la pandémie. Or, Santé Canada considère malgré tout qu’il est avantageux pour les enfants d’être vaccinés contre le virus.

«Depuis qu’Omicron est devenu le variant dominant, plus d’enfants ont été infectés et le nombre d’hospitalisations et d’admissions aux unités de soins intensifs chez les enfants de cinq ans et moins atteints de la COVID-19 a augmenté», a souligné le Dr Njoo.

Le Dr Berthiaume a quant à lui rappelé que les jeunes enfants sont aussi à risque de développer des symptômes à long terme après avoir été infectés — ou en d’autres mots, de souffrir de la «COVID longue», dont bien des secrets restent à éclaircir.

Il a aussi rappelé que les enfants, s’ils attrapent la maladie, peuvent contribuer à la transmission communautaire en infectant les autres membres de leur famille.

Par ailleurs, Santé Canada a confirmé que des vaccins dits «bivalents», qui seraient mieux adaptés au variant Omicron, sont présentement à l’étude et pourraient s’ajouter à l’arsenal du pays dans sa bataille contre le virus.

Leur autorisation pour les jeunes enfants pourrait toutefois prendre un peu plus de temps, puisque les fabricants «mènent habituellement en premier les essais cliniques chez les adultes et les adolescents, puis étendent leurs études aux plus jeunes», a indiqué le Dr Berthiaume.

Moderna a malgré tout confirmé qu’une dose de rappel de son vaccin bivalent est déjà dans les plans pour les jeunes enfants.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.