Allégations au MTQ: la VG compte rencontrer des acteurs importants

QUÉBEC – Dans le cadre de son enquête sur les allégations d’irrégularités au ministère des Transports (MTQ), la vérificatrice générale compte rencontrer l’analyste indépendante Annie Trudel et l’ex-vérificatrice interne Louise Boily.

Guylaine Leclerc l’a confirmé, mercredi, en conférence de presse, alors qu’elle commentait son rapport 2016-2017 qui venait d’être déposé à l’Assemblée nationale.

«Il est certain (…) que nous allons utiliser et avoir accès à toutes les informations nécessaires et c’est certain que nous allons rencontrer Mme Trudel et Mme Boily», a-t-elle affirmé, au lendemain du mandat qui lui a été confié par le gouvernement Couillard.

Prudente, la vérificatrice générale a affirmé qu’il faudra voir dans quelle mesure l’apport de ces deux personnes s’avérera important. Mme Trudel avait démissionné de ses fonctions au ministère le mois dernier, constatant que son travail était entravé.

Le MTQ est plongé dans la tourmente depuis une semaine à la suite des révélations du magazine «L’Actualité» faisant état des inquiétudes de l’ex-ministre des Transports, Robert Poëti, quant à la gestion administrative de son ministère.

La sous-ministre du MTQ, Dominique Savoie, a été délogée de ses fonctions, et le ministre actuel des Transports, Jacques Daoust, a aussi remplacé son chef de cabinet, Pierre Ouellet. Il a été remplacé par Pascal D’Astous.

Entre-temps, la vérificatrice est en train de mettre en place une équipe pour enquêter. Elle espère pouvoir déposer un rapport d’étape en février. Le rapport final pourrait être déposé au printemps.

«Il y a peut-être des choses plus urgentes à formuler que d’autres, a dit Mme Leclerc. Nous allons établir la stratégie, les échéanciers et nous allons faire cela très rapidement.»

Disant avoir toute la latitude nécessaire pour enquêter, la vérificatrice générale a néanmoins précisé que la décision du gouvernement Couillard devrait faciliter la tâche à son équipe.

«Lorsqu’une mission est donnée par le gouvernement, l’entité (visée) est plus encline à ouvrir rapidement ses livres, nous fournir l’espace (…) c’est pour cela que ça devient des mandats plus facilement réalisables», a-t-elle expliqué.

Mme Leclerc dit avoir déjà reçu l’appel du sous-ministre du MTQ, qui lui a assuré son «entière collaboration».

Au cours de sa comparution devant la commission de l’administration publique, la semaine dernière, Mme Leclerc avait déjà fait part de son intention de devancer sa vérification prévue au MTQ.