Allégations de harcèlement au N.-B.: les libéraux accusés de «camouflage»

FREDERICTON — L’opposition officielle au Nouveau-Brunswick accuse le premier ministre Brian Gallant d’avoir tardé à réagir aux allégations de harcèlement qui visent le président de l’Assemblée législative, et laisse entendre que les libéraux ont voulu camoufler toute l’affaire.

Le chef des progressistes-conservateurs, Blaine Higgs, écrit vendredi dans un communiqué que M. Gallant avait été mis au courant dès le 17 février des allégations qui visent Chris Collins, mais que le président de la Chambre était tout de même en poste lors de la reprise des travaux le 13 mars.

Le premier ministre Gallant a annoncé la suspension de Chris Collins du caucus libéral, jeudi soir, lors d’une conférence de presse téléphonique convoquée à la dernière minute. M. Higgs soutient que les libéraux ont soudainement senti le besoin d’agir parce qu’ils avaient appris, 36 heures plus tôt, que la présumée victime s’apprêtait à dénoncer.

Le porte-parole conservateur en matière de justice, Hugh Flemming, estime que le premier ministre aurait dû exiger une enquête dès qu’il a été mis au courant des allégations, en février. Le député croit qu’on assiste aujourd’hui à une entreprise de camouflage qui a finalement explosé au visage du gouvernement.

Jeudi soir, M. Gallant affirmait que son cabinet avait été informé le 17 février de «possibles allégations» de harcèlement impliquant le président, mais l’employé aurait alors choisi de ne pas en faire état publiquement. Le premier ministre a affirmé que cet ancien employé avait demandé du temps pour évaluer toutes ses options, et aurait confirmé mercredi qu’il irait de l’avant.

M. Gallant a alors annoncé jeudi que son gouvernement demandera au Comité d’administration de l’Assemblée législative de suspendre M. Collins de ses fonctions de président, dans l’attente d’une enquête d’une tierce partie indépendante. Le premier ministre n’a pas dévoilé de détails sur la nature des allégations, et on ignore si l’employé est un homme ou une femme. Il a été impossible de joindre M. Collins.

D’abord conseiller municipal à Moncton pendant trois ans, Chris Collins, âgé de 55 ans, avait été élu pour la première fois député à l’Assemblée législative lors d’une élection complémentaire en 2007. Après le retour au pouvoir des libéraux menés par M. Gallant, en septembre 2014, M. Collins a été élu président de la Chambre.

Les prochaines élections générales au Nouveau-Brunswick sont prévues le 24 septembre. L’assemblée d’investiture dans la circonscription de M. Collins, Moncton-Centre, n’a pas encore eu lieu.

Les plus populaires