Amnistie au Canada de condamner l’Arabie saoudite

OTTAWA — Amnistie internationale demande au Canada de critiquer haut et fort l’Arabie saoudite pour avoir emprisonné des femmes qui luttent pour leurs droits dans ce pays.

Le Canada compte parmi la trentaine de pays qui ont signé cette semaine une déclaration du Conseil des droits de la personne des Nations unies condamnant l’Arabie saoudite pour l’arrestation de dix personnes, surtout des femmes, qui ont été jetées en prison dans le cadre d’une campagne de répression des militants des droits de la personne.

Le Canada s’est fait entendre l’été dernier quand l’Arabie saoudite a incarcéré des militantes — ce qui a été à l’origine de tensions économiques et diplomatiques importantes entre les deux pays.

Une porte-parole d’Amnistie internationale Canada, Jacqueline Hansen, reproche au Canada de n’avoir rien dit depuis ce moment.

Elle prétend que le gouvernement Trudeau, s’il a vraiment à coeur de défendre un agenda féministe international, doit continuer à réclamer la libération de ces femmes, puisque leurs vies en dépendent.

En attendant, l’organisme de défense des droits de la personne espère que le Canada continuera à faire pression sur l’Arabie saoudite pour obtenir une enquête indépendante dans la foulée d’allégations selon lesquelles les prisonnières ont été torturées.

Les plus populaires