Animaux de soutien: une députée conservatrice demande des normes nationales

OTTAWA — Une députée conservatrice voudrait que le Canada adopte des normes nationales sur l’utilisation d’animaux de soutien émotionnel dans les espaces publics, après avoir vu son mari se heurter à de nombreux obstacles lors de ses voyages à travers le pays avec son chien Midas.

Michelle Rempel explique que son mari, un ancien combattant américain, a besoin de son chien pour des raisons thérapeutiques, et qu’il dispose de documents médicaux officiels à cet effet.

Malgré cela, il s’est vu interdire l’accès à des taxis et des restaurants, a éprouvé des problèmes pour prendre l’avion avec certains transporteurs et s’est vu imposer des frais dans des hôtels et d’autres entreprises en raison de la présence de son chien.

Les lois fédérales ne prévoient aucune disposition particulière concernant les animaux de soutien émotionnel.

Mme Rempel, qui est députée de la région de Calgary depuis 2011, estime qu’un cadre national est nécessaire pour que les personnes dont la santé mentale est à risque puissent fréquenter les espaces publics avec leurs animaux à des fins thérapeutiques.

Elle espère encourager la Chambre des communes à étudier la question et à élaborer un ensemble de normes nationales. Elle souhaite que cela puisse se faire rapidement, avec un soutien unanime, et en évitant les divisions partisanes.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire