Anxiété: les élus votent une motion pour plus de fonds

QUÉBEC — La longue marche du comédien Patrice Coquereau contre l’anxiété l’a mené jeudi jusqu’au Parlement à Québec.

L’Assemblée nationale a salué son geste et a adopté à l’unanimité une motion qui réclame plus de fonds et de ressources pour lutter contre ce trouble de santé.

M. Coquereau a parcouru 570 km à pied sur la route 132 l’été dernier pour sensibiliser la population concernant l’anxiété.

Souffrant lui-même de «troubles anxieux sévères», le comédien a témoigné de ses efforts jeudi matin, au côté du député péquiste de Rimouski, Harold LeBel, qui a embrassé la cause et piloté l’adoption de la motion en Chambre. Le propre fils de M. LeBel souffre de troubles anxieux.

«Ça veut dire qu’il est dans l’Ouest canadien, il est roulé en boule sur le bord de l’autoroute, il n’est plus capable de bouger, a-t-il relaté. Il t’appelle, tu es à Rimouski, tu dis: « Respire, mon gars, prends le temps, tu vas te relever. »»

Le député Harold LeBel a notamment évoqué que 300 étudiants sur 3000 au cégep de Rimouski bénéficient d’un suivi particulier, dont beaucoup souffrant de troubles anxieux.

«Les troubles de l’anxiété chez la jeunesse entre autres, c’est assez épouvantable», a-t-il évoqué.

M. Coquereau se demande pourquoi aussi peu de ressources sont consacrées à ce «problème aussi courant, et récurrent, et même en augmentation».

Porte-parole de Phobies-Zéro, il a fait état du manque de moyens et de ressources de cet organisme, qui dépense «une somme d’énergie folle» avec ses deux employés juste pour «survivre», par exemple pour trouver des locaux moins chers pour donner des services.

L’anxiété est «encore un sujet extrêmement tabou dans ce monde dicté par la performance et l’obligation de résultat», a-t-il déploré

Beaucoup de gens sont en détresse parce qu’ils ne savent pas à qui s’adresser, parce qu’ils n’ont pas accès aux services. M. LeBel a donné l’exemple d’un cégépien qui étudie dans une autre région que celle où vit son médecin de famille.

«La seule chose qu’il a à faire, c’est d’aller à l’urgence. Puis on sait que les gens qui ont de l’anxiété, et tout ça, ce n’est pas vers l’urgence qu’ils vont aller.»

Parmi les sources des problèmes d’anxiété, l’obsession de la «performance» et le téléphone intelligent ont été évoqués.

Les plus populaires