Après 100 jours, la Russie est-elle en Ukraine pour rester?

Lorsque Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine fin février, le président russe a juré que ses forces n’occuperaient pas le pays voisin. Mais alors que l’invasion atteignait son 100e jour vendredi, la Russie semblait de moins en moins susceptible d’abandonner le territoire qu’elle a pris pendant la guerre.

Le rouble est désormais une monnaie officielle dans la région sud de Kherson, aux côtés de la hryvnia ukrainienne. Les résidents là-bas et dans les parties contrôlées par la Russie de la région de Zaporizhzhia se voient offrir des passeports russes. Les administrations installées par le Kremlin dans les deux régions ont évoqué des projets d’intégration à la Russie.

Les dirigeants soutenus par Moscou des zones séparatistes de la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, qui est principalement russophone, ont partagé des intentions similaires. M. Poutine a reconnu les républiques autoproclamées des séparatistes comme des États indépendants deux jours avant de lancer l’invasion. Les combats se sont intensifiés dans l’est de l’Ukraine alors que la Russie cherche à «libérer» tout le Donbass.

Le Kremlin a largement gardé le silence sur ses plans pour les villes et villages qu’il a bombardés de missiles, encerclés et finalement capturés.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué vendredi que les troupes russes avaient réussi leur principale tâche déclarée de protéger les civils dans les zones contrôlées par les séparatistes. Il a ajouté que les forces russes avaient «libéré» des parties de l’Ukraine et que «ce travail se poursuivra jusqu’à ce que tous les objectifs de l’opération militaire spéciale soient atteints».

Dans un message vidéo marquant les 100 premiers jours de la guerre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que son pays ne se soumettrait pas docilement à l’agression russe après avoir montré qu’il pouvait résister à des mois d’attaques d’un adversaire plus puissant.

«Nous avons déjà défendu l’Ukraine pendant 100 jours. La victoire sera à nous», a-t-il assuré.

L’annexion de plus de terres ukrainiennes n’a jamais été l’objectif principal de l’invasion, mais il est peu probable que Moscou abandonne ses gains militaires, selon des analystes politiques.

«Bien sûr (que la Russie) a l’intention de rester», a estimé Andrei Kolesnikov, chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace. Pour la Russie, «ce serait dommage de donner ce qui a été occupé, même si cela ne faisait pas partie du plan initial».

M. Poutine a décrit les objectifs de l’invasion de manière assez vague, affirmant qu’elle visait la «démilitarisation» et la «dénazification» de l’Ukraine. Il était largement admis que le Kremlin avait initialement l’intention d’installer un gouvernement pro-Moscou à Kyiv et d’empêcher l’Ukraine de rejoindre l’OTAN et de s’éloigner encore plus de la sphère d’influence de la Russie.

La Russie a capturé une grande partie de Kherson et de Zaporizhzhia au début de la guerre, prenant le contrôle de la majeure partie de la côte ukrainienne de la mer d’Azov et sécurisant un corridor terrestre partiel vers la péninsule de Crimée, que la Russie a annexée à l’Ukraine en 2014.

Il n’y avait guère d’accueil chaleureux de la part des habitants. Les habitants des villes de Kherson et de Melitopol sont descendus dans la rue pour protester contre l’occupation, affrontant les soldats russes sur les places. Les responsables ukrainiens ont averti que la Russie pourrait organiser un référendum à Kherson pour déclarer la région un État indépendant.

Moscou a installé des personnes ayant des opinions pro-Kremlin pour remplacer les maires et autres dirigeants locaux qui avaient disparu, lors de ce que les responsables et les médias ukrainiens ont qualifié d’enlèvements. Les drapeaux russes ont été hissés. Les émissions d’État russes faisant la promotion de la version du Kremlin de l’invasion ont supplanté les chaînes de télévision ukrainiennes.

Le rouble russe a été introduit ce mois-ci comme deuxième monnaie officielle dans les régions de Kherson et de Zaporizhzhia – du moins dans les parties sous contrôle russe – et les administrations pro-russes ont commencé à offrir un «paiement social unique» de 10 000 roubles (environ 163 $ US) aux résidants.

De hauts responsables russes ont commencé à visiter les régions, vantant les perspectives d’intégration des territoires à la Russie. Le vice-premier ministre Marat Khusnullin s’est rendu à Kherson et Zaporizhzhia à la mi-mai et a indiqué qu’ils pourraient faire partie de «notre famille russe».

Un haut responsable du parti au pouvoir au Kremlin, Andrei Turchak, l’a dit encore plus crûment lors d’une réunion avec des habitants de Kherson : «La Russie est là pour toujours».

Les membres des administrations pro-Kremlin des deux régions ont rapidement annoncé qu’elles chercheraient à être incorporées à la Russie. Bien que l’on ne sache pas quand ou si cela se produira, la Russie jette les bases.

Un bureau des services de migration russes a ouvert ses portes à Melitopol, acceptant les demandes de citoyenneté russe dans le cadre d’une procédure accélérée que M. Poutine a étendue aux résidants des régions de Kherson et de Zaporizhzhia. La procédure rapide a été mise en œuvre pour la première fois en 2019 dans les zones contrôlées par les rebelles du Donbass, où plus de 700 000 personnes ont reçu des passeports russes.

Oleg Kryuchkov, un responsable de la Crimée annexée à la Russie, a indiqué cette semaine que les deux régions du sud sont passées aux fournisseurs Internet russes; les médias d’État ont diffusé des images de personnes faisant la queue pour obtenir des cartes SIM russes pour leurs téléphones portables. M. Kryuchkov a également déclaré que les deux régions passaient à l’indicatif de pays russe, +7, au lieu de l’ukrainien +380.

Le législateur russe Leonid Slutsky, un membre de la délégation russe lors des pourparlers de paix infructueux avec l’Ukraine, a révélé que des référendums sur l’adhésion à la Russie pourraient avoir lieu dans les régions du Donbass, de Kherson et de Zaporizhzhia dès juillet.

Le porte-parole du Kremlin, M. Peskov, a été évasif lorsqu’on lui a demandé vendredi si les autorités russes prévoyaient organiser des votes dans ces régions, affirmant que cela dépendrait du déroulement de l’offensive russe. Lui et d’autres responsables russes ont déclaré à plusieurs reprises qu’il appartiendrait aux résidents locaux de déterminer leur futur statut.

Tatyana Stanovaya, fondatrice et PDG de R.Politik, un groupe de réflexion indépendant sur la politique russe, pense que M. Poutine ne veut pas précipiter les référendums et courir le risque qu’ils soient dénoncés comme des impostures.

«Il veut que le référendum soit réel, afin que l’Occident puisse voir qu’en effet, la Russie avait raison, le peuple veut vivre avec la Russie», a-t-elle déclaré.

Les experts ukrainiens disent qu’il ne sera pas facile pour le Kremlin de rallier un véritable soutien dans le sud de l’Ukraine.

Volodymyr Fesenko, du groupe de réflexion Penta Center basé à Kyiv, a dit que les habitants des régions du sud s’identifiaient beaucoup plus fortement aux Ukrainiens que les habitants des régions plus proches de la Russie ou qui étaient dirigés par les séparatistes soutenus par Moscou depuis huit ans.

«Nous voyons déjà que l’administration russe occupante est obligée de serrer la vis et d’intensifier la répression dans les régions du sud, car elle ne peut pas contrôler efficacement le sentiment de protestation, a déclaré M. Fesenko. Et cela provoque une nouvelle vague de mécontentement parmi la population, qui n’a reçu que des cartes SIM russes et des prix russes élevés.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.