Après deux ans de disette, les salles de cinéma au Québec reprennent vie

MONTRÉAL — Après deux années plus difficiles en raison de la pandémie et des règles sanitaires ayant mené à la fermeture temporaire de nombreuses salles, l’industrie du cinéma québécois a repris du poil de la bête en 2022, et ce, malgré une fermeture imposée de cinq semaines en tout début d’année.

Selon les plus récentes données dévoilées par Cinéac, une agence compilant les recettes des films projetés sur les écrans de la province, les entrées au cinéma au Québec ont totalisé 122 247 436$ l’an dernier, soit davantage que les résultats de 2021 et 2020 combinés. Pour ces années, durement marquées par la pandémie de COVID-19, les ventes de billets de cinéma ont totalisé respectivement un peu plus de 72,2 millions et 45,1 millions $.

Ces résultats encourageants sont toutefois loin des sommets atteints au cours des années précédentes, alors qu’en 2019, avant la pandémie, le box-office cumulatif avait dépassé les 176,7 millions $ dans la province, soit 3,7 millions $ de plus qu’en 2018. Au cours de la dernière décennie, c’est en 2013 que les recettes des cinémas québécois ont été les plus élevées, avec un total de 191,4 millions $.

«Le public a été au rendez-vous dans nos cinémas, particulièrement entre septembre et novembre, où nous avons constaté une hausse notable de l’assistance en salle par rapport aux deux premières années de la pandémie», a confirmé Roxanne Sayegh, directrice générale des cinémas Beaubien, du Parc et du Musée, à Montréal.

«L’automne a été très, très fort, non seulement pour les revenus en billetterie, mais pour les revenus mensuels enregistrés. Il y a vraiment eu une croissance marquée», a-t-elle ajouté.

Les films américains dominent les productions québécoises

En 2022, 352 films ont pris l’affiche dans les salles de cinéma québécoises, comparativement à 302 l’année précédente.

Les productions américaines continuent de dominer le box-office québécois, au détriment des films réalisés ici. En effet, la part de marché des films produits chez nos voisins du Sud est passée de 71,7% en 2021 à 83,2% en 2022; celle ces films québécois a fondu de 5%, passant de 12,4% à 7,3% durant la même période.

Disney demeure le distributeur le plus prolifique en 2022 dans les cinémas québécois, avec 22,42% des parts de marché. Le film Avatar: the way of water a cumulé, depuis sa sortie le 16 décembre, plus de 8,3 millions $ de recettes, en faisant le second film le plus regardé au cinéma dans la province en 2022, derrière Top Gun: Maverick, qui a généré 11,4 millions$. Les autres offrandes de Disney, notamment les plus récents volets des séries Thor, Doctor Strange, Black Panther, ont aussi fait bonne figure.

Le film québécois 23 décembre a néanmoins réussi à se tailler une place parmi les 20 longs métrages les plus visionnés en 2022, et ce, malgré une sortie tardive le 25 novembre. Cette production distribuée par Immina Films a généré des recettes de 1,75 million $, terminant au 18e rang devant Lightyear (Disney) et The Bad Guys (Universal).

Outre 23 décembre, seul Confessions a fracassé la barre du million au box-office parmi les productions québécoises. 

«On a eu des titres très porteurs, se réjouit Mme Sayegh. À nos cinémas, où on ne projette pas de films américains, les parts de marché des films québécois sont les plus hautes au Québec, avec 38% des billets vendus.»

———

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière de la Bourse de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.