Après Fiona, des voix en N.-É. appellent à un registre des personnes vulnérables

HALIFAX — Deux défenseurs des personnes handicapées demandent qu’un registre provincial des personnes vulnérables en Nouvelle-Écosse soit inclus dans les modifications proposées à la législation régissant la gestion des urgences et le service 911.

Anne Camozzi a déclaré jeudi au Comité permanent de modification des lois que la tempête post-tropicale Fiona a mis en lumière le sort de nombreuses personnes handicapées dans des situations d’urgence.

En tant que personne âgée handicapée en fauteuil roulant qui vit seule, Mme Camozzi a dit avoir vécu, comme de nombreuses autres personnes vulnérables, «la terreur de l’absence de télécommunications pendant et après l’ouragan».

La résidante d’Antigonish a affirmé dans son cas qu’elle avait fini par perdre la couverture de son téléphone portable, puis l’alimentation de son fauteuil roulant électrique lourd après la tempête.

Mme Camozzi a souligné qu’il y a un pourcentage élevé de personnes dans la province qui s’identifient comme ayant une forme de handicap, tandis que la Nouvelle-Écosse a la plus forte proportion de personnes âgées au Canada.

«Un registre des personnes vulnérables permettrait non seulement d’identifier les personnes les plus vulnérables en cas d’urgence, mais aussi de les inclure dans la planification d’urgence», a-t-elle fait valoir.

Selon ce qui a été dit au comité, un registre volontaire lié au système de gestion des urgences de la province fournirait aux premiers intervenants des municipalités des informations telles que les emplacements, le type de handicap d’une personne et la façon de traiter celles qui ont besoin d’aide une fois qu’elles sont localisées.

Gerry Post, l’ancien responsable de la Direction de l’accessibilité de la Nouvelle-Écosse, a soutenu qu’un registre devrait être lié à des technologies comme la cartographie informatique et qu’une formation devrait être incluse pour les premiers intervenants.

«Le registre est plus qu’une liste, a déclaré M. Post. C’est un système qui relie différents ensembles de données et technologies de différentes organisations ainsi que des protocoles sur ce qu’il faut faire dans diverses circonstances d’urgence.»

Bien que le projet de loi ait été renvoyé à la législature sans amendement, le ministre de la Justice, Brad Johns, a déclaré que le gouvernement était réceptif à l’idée et qu’un amendement pourrait être inclus au moment où la législation sera votée.

Introduite la semaine dernière, la législation obligerait les compagnies de téléphone à prendre toutes les précautions possibles pour maintenir le service cellulaire et fixe pendant une tempête majeure ou une autre urgence. Elles seraient également tenues d’élaborer un plan annuel d’intervention d’urgence et de rembourser les clients en cas de perte de service.

Les entreprises qui ne se conforment pas aux changements pourraient se voir infliger des amendes quotidiennes pouvant aller jusqu’à 250 000 $ si elles sont reconnues coupables en vertu de la législation.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.