Des drones suicides sèment la terreur à Kyiv et font au moins quatre morts

KYIV, Ukraine — Des drones suicides chargés d’explosifs ont frappé Kyiv lundi, incendiant des bâtiments et obligeant les habitants à se mettre à l’abri. Des soldats auraient tenté de les abattre dans ce que le président ukrainien a qualifié de tentative de la Russie de terroriser les civils.

L’utilisation concentrée de drones suicides a été le deuxième bombardement en autant de semaines, après des mois au cours desquels les attaques aériennes étaient devenues une rareté dans le centre de Kyiv. Les explosions qui ont secoué la ville ont semé la peur et mis les nerfs à vif. 

Des installations de production d’énergie ont été frappées et un drone a fait s’effondrer un immeuble résidentiel, tuant quatre personnes, selon les autorités.

Des rafales intenses de coups de feu ont retenti alors que les drones de type Shahed, de fabrication iranienne, bourdonnaient au-dessus de la tête des gens, tandis que des soldats tentaient apparemment de les détruire. D’autres se sont mis à l’abri, scrutant nerveusement le ciel. Mais l’Ukraine s’est sinistrement habituée aux attaques près de huit mois après le début de l’invasion russe, et la vie de la ville a repris alors que les secouristes ramassaient les débris.

Les précédentes frappes aériennes russes sur Kyiv étaient principalement des missiles. Les analystes pensent que les drones Shahed plus lents peuvent être programmés pour atteindre avec précision certaines cibles à l’aide du GPS, à moins que le système ne tombe en panne.

Lundi également, un avion de combat russe Su-34 s’est écrasé dans une zone résidentielle du port russe de Ieïsk sur la mer d’Azov après une panne de moteur, tuant au moins quatre personnes au sol, en blessant 25 autres et déclenchant un incendie qui a englouti plusieurs étages d’un immeuble de neuf étages, ont indiqué les autorités. 

Six personnes sont portées disparues. Les deux membres de l’équipage, qui effectuaient une mission d’entraînement, ont réussi à évacuer l’appareil, a déclaré le ministère russe de la Défense.

À Kyiv, le maire Vitali Klitschko a déclaré que le bombardement de lundi s’est produit par vagues successives de 28 drones – dans ce que beaucoup craignent de devenir un mode d’attaque plus courant alors que la Russie cherche à éviter d’épuiser ses stocks de missiles de précision à longue portée.

Cinq drones ont plongé dans Kyiv même, a déclaré le premier ministre Denys Shmyhal. Dans la région de Kyiv, au moins 13 personnes ont été abattues, toutes venant du sud, a déclaré le porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne, Yurii Ihnat. 

L’une des frappes semblait viser le réseau de chauffage de la ville et a touché un centre d’opérations. Une autre s’est abattue sur un immeuble résidentiel de quatre étages, perçant un trou géant et faisant s’effondrer au moins trois appartements. Quatre corps ont été retrouvés, dont ceux d’une femme enceinte de six mois et de son mari, a déclaré M. Klitschko. Une femme plus âgée et un autre homme ont également été tués à cet endroit.

Un photographe d’Associated Press a filmé l’un des drones, dont l’aile en forme de triangle et l’ogive pointue étaient clairement visibles dans le ciel bleu.

«Toute la nuit, et toute la matinée, l’ennemi terrorise la population civile, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message sur les médias sociaux. Des drones suicides et des missiles attaquent toute l’Ukraine».

Dans une allocution télévisée à la nation lundi soir, M. Zelensky a soutenu que Moscou avait recours aux drones parce qu’elle perdait la guerre.

«La Russie n’a aucune chance sur le champ de bataille, et elle essaie de compenser ses défaites militaires par la terreur, a-t-il déclaré. Pourquoi cette terreur ? Pour faire pression sur nous, sur l’Europe, sur le monde entier.»

Vente d’armes et l’Iran 

Citant les services de renseignement ukrainiens, M. Zelensky allègue que la Russie a commandé 2400 drones à l’Iran. La Russie a rebaptisé les drones Geran-2 – «géranium» en russe. Une photo des débris de l’une des frappes de lundi montrait «Geran-2» marqué sur un aileron mutilé.

L’Iran a précédemment nié avoir fourni des armes à la Russie, bien que son chef des gardiens de la révolution se soit vanté d’avoir fourni des armes aux plus grandes puissances mondiales, sans donner plus de détails.

Les drones contiennent une charge explosive et peuvent survoler au-dessus des cibles avant de plonger dedans. Leurs explosions ont secoué les gens, dont Snizhana Kutrakova, 42 ans, qui vit près de l’endroit où il y a eu des frappes. «Je suis pleine de rage, a-t-elle dit. Pleine de rage et de haine.»

L’armée russe a déclaré avoir utilisé «des armes de haute précision à longue portée aériennes et maritimes» dans le but de frapper les installations militaires et énergétiques ukrainiennes. Elles ont atteint «toutes les cibles assignées», a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konashenkov.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a appelé à des sanctions de l’Union européenne (UE) contre l’Iran pour avoir fourni des drones à la Russie et, lui et M. Zelensky ont réitéré le besoin de l’Ukraine en matière de défense aérienne et d’armement.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que le groupe des 27 nations rassemblait des preuves sur les ventes de drones de l’Iran à la Russie, et si c’est vrai, qu’ils seront «prêts à réagir avec les outils à (leur) disposition». L’UE a également approuvé un programme de formation militaire en Europe pour des milliers de soldats ukrainiens et prévoit environ 500 millions d’euros (486 millions de dollars) de fonds supplémentaires pour acheter des armes pour l’Ukraine.

Des drones de fabrication iranienne ont été utilisés ailleurs en Ukraine ces dernières semaines contre des centres urbains et des infrastructures, y compris des centrales électriques. À seulement 20 000 dollars l’unité, le drone Shahed ne représente qu’une fraction du coût des missiles de haute technologie et des avions conventionnels. Le missile de croisière Kalibr que la Russie a largement utilisé en Ukraine coûte à l’armée environ un million de dollars chacun.

Des vols de drones sont également un défi pour les défenses aériennes ukrainiennes. Les nations occidentales ont promis des systèmes capables d’abattre des drones, mais une grande partie de ces armes n’est pas encore arrivée et pourrait attendre des mois.

«Les défis sont sérieux, car les forces et les moyens de défense aérienne sont les mêmes qu’au début de la guerre», a expliqué Yurii Ihnat, le porte-parole de l’armée de l’air. Certaines armes de défense aérienne fournies par l’Occident ne peuvent être utilisées que pendant la journée, lorsque les cibles sont visibles, a-t-il ajouté.

Échange de prisonniers 

Les forces russes ont également frappé des infrastructures énergétiques ailleurs, cherchant apparemment à aggraver la pression sur le gouvernement de Kyiv après que les attaques précédentes ont coupé l’alimentation électrique.

Le premier ministre Shmyhal a déclaré que des centaines de localités étaient sans électricité après des attaques de missiles dans les régions de Dnipropetrovsk et de Soumy.

L’opérateur nucléaire ukrainien a indiqué que les bombardements russes ont de nouveau coupé l’alimentation de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, l’un des points chauds les plus inquiétants de l’invasion russe. La centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, a besoin d’électricité pour les systèmes de sécurité critiques. Lorsque les bombardements coupent ses lignes d’alimentation électrique, l’usine est obligée de compter sur des générateurs diesel – une solution temporaire.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi qu’il n’y avait pas besoin d’attaques plus généralisées contre l’Ukraine – après une précédente série de frappes qui, selon lui, étaient des représailles pour le bombardement d’un pont reliant la péninsule de Crimée occupée par les Russes à la Russie.

Les frappes de lundi se sont produites dans un contexte de ce qui a été un changement de tactique russe visant à rendre la vie plus difficile aux Ukrainiens, en particulier à ceux qui sont loin des lignes de front.

Dans le sud, les forces aériennes ukrainiennes ont signalé avoir abattu neuf drones dans la région de Mykolaïv et six dans la région d’Odessa. Le gouverneur de la région orientale de Kharkiv a déclaré que des attaques survenues la nuit contre une ville et des villages avaient fait un mort et quatre blessés.

La Russie et l’Ukraine ont également procédé lundi à un échange de prisonniers, selon le ministère russe de la Défense. Il a indiqué que 110 Russes libérés comprenaient 72 marins de navires commerciaux détenus depuis février, tandis que 108 femmes ukrainiennes ont été remises aux autorités de Kyiv, dont deux ont déclaré vouloir rester en Russie. La partie ukrainienne a confirmé l’échange, mais pas que deux Ukrainiennes aient décidé de rester en Russie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.