Après les feux de forêt et le virus: des inondations menacent Fort McMurray

FORT MCMURRAY, Alb. — Quatre ans après avoir été chassés de leur résidence par des incendies de forêt dévastateurs, voilà que ce sont les inondations qui menacent certains résidents de Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta.

Des inondations dans le nord de la province ont entraîné des évacuations forcées à Fort McMurray et une demande d’aide militaire au gouvernement fédéral. La débâcle printanière des rivières Athabasca et Clearwater a entraîné la fermeture complète du centre-ville de Fort McMurray. Un avis d’ébullition de l’eau pour une grande partie de la ville a également été lancé.

La vice-première ministre, Chrystia Freeland, a déclaré à Ottawa que le gouvernement fédéral était au courant de la situation et cherchait des moyens d’apporter son aide. «Le fait que la saison des inondations et, éventuellement, la saison des incendies de forêt coïncident avec le coronavirus au Canada pose des défis particuliers», a-t-elle indiqué. «Nous nous préparons depuis le début et c’est une question que nous examinons d’urgence aujourd’hui.»

La municipalité a déclaré en fin de semaine un deuxième état d’urgence locale en autant de mois, après celui du mois dernier en raison de la pandémie.

Le maire de la Municipalité régionale de comté de Wood Buffalo, Don Scott, expliquait dimanche en entrevue téléphonique qu’habituellement, la glace s’écoule assez bien, mais une fois tous les 20 ans environ, les choses tournent plus mal — comme cette année.

Selon M. Scott, les autorités surveillaient depuis plusieurs jours un embâcle à environ 10 km en amont de Fort McMurray. Et tôt dimanche matin, c’était la débâcle. Des ordres d’évacuation ont été émis avant l’aube lundi pour les propriétés le long de plusieurs rues du quartier de Lower Townsite et en moins d’une heure, la municipalité avait fermé l’accès à tout le secteur.

Les évacués, y compris ceux qui séjournaient à l’hôtel Platinum, ont été invités à se présenter à un centre d’enregistrement au «Oil Sands Discovery Centre», à environ sept kilomètres au sud — et loin des crues des rivières Athabasca et Clearwater.

Des évacuations dimanche

Des évacuations obligatoires avaient déjà été décrétées dimanche pour Draper, une communauté rurale de 187 habitants tout près de Fort McMurray, ainsi que pour Longboat Landing, un secteur près du centre-ville, et pour le parc industriel de Tiaga Nova, où se trouve également un hôtel. En fin d’après-midi dimanche, un ordre d’évacuation «volontaire» avait été rendu obligatoire pour le quartier Waterways, y compris le parc de maisons-mobiles et de roulottes de Ptarmigan Court.

Pendant ce temps, les services de santé de l’Alberta ont ordonné à la MRC de Wood Buffalo de lancer un avis d’ébullition de l’eau, à cause d’une décoloration de l’eau du robinet dans les quartiers de Fort McMurray situés au nord des ponts de la rivière Athabasca.

Le maire Scott a déclaré que les exigences de distanciation sociale étaient respectées et que les évacués étaient logés dans des chambres d’hôtel que la municipalité avait réservées à l’avance. Il a noté que la municipalité, qui est au confluent de trois rivières, se prépare chaque année pour la possibilité d’inondations lorsque la glace se brise. Il rappelle qu’il y a plus d’un mois, lorsque les autorités ont rendu des ordonnances de santé publique concernant la COVID-19, on savait déjà qu’il faudrait intégrer la pandémie dans la planification des inondations.

M. Scott a noté que la population de Fort McMurray était prête pour les catastrophes, comme l’incendie de forêt en 2016 qui a forcé l’évacuation de toute la ville et détruit 2400 maisons et bâtiments. «En raison même des sables bitumineux, les gens sont très habitués à être dans un environnement très axé sur la sécurité. Et s’il y a un endroit qui peut faire face à des défis, c’est bien le nôtre», a-t-il dit.