Après les inondations, les contaminations, au Nouveau-Brunswick

SAINT-JEAN, N.-B. — Alors que les eaux commençaient à se retirer dans le sud du Nouveau-Brunswick, mercredi, les autorités mettent en garde les citoyens contre les risques de contamination.

Avec la décrue et le retour du beau temps depuis deux jours, la tentation est grande pour les sinistrés de rentrer chez eux, mais l’Organisation des mesures d’urgence rappelle que ces eaux comportent encore des risques.

Ainsi, les citoyens ne devraient pas consommer l’eau de puits privés avant qu’elle ne soit analysée, car des eaux usées se sont infiltrées dans les sols.

D’ailleurs, la Ville de Saint-Jean a fermé quatre parcs à cause d’une possible contamination par les crues, qui demeuraient au-dessus du niveau d’inondation mardi.

Les autorités de la santé publique rappellent que les eaux de crues peuvent être contaminées par des bactéries toxiques, comme la salmonelle ou l’E. coli. Les personnes qui nettoient des zones inondées devraient d’ailleurs porter des vêtements de protection.

L’agence de la santé publique signale aussi que les produits maraîchers qui ont été exposés aux eaux usées — comme les têtes de violon, très populaires au printemps — ne devraient pas être consommés.

Par ailleurs, dix banques offrent un soutien aux efforts de secours de la Croix-Rouge canadienne en acceptant les dons du public en succursale et en ligne, jusqu’au début de juin. De plus, ces institutions versent 100 000 $ à la Croix-Rouge, et leurs employés organiseront des collectes de fonds.

Il est toujours possible d’effectuer des dons en ligne à www.croixrouge.ca, en appelant au 1-800-418-1111 ou en communiquant avec un bureau local de la Croix-Rouge canadienne.