Après un arrêt de 10 jours, le gaz naturel russe s’écoule de nouveau vers l’Allemagne

BERLIN — Le gaz naturel provenant de Russie a re commencé à circuler jeudi vers l’Europe dans un important gazoduc mis à l’arrêt pendant 10 jours pour maintenance.

Le flux de gaz devait toutefois être bien en deçà de sa pleine capacité et les perspectives en parallèle au conflit armé en Ukraine restent incertaines, ce qui laisse l’Europe toujours confrontée à la possibilité d’un hiver rigoureux.

Le gazoduc Nord Stream 1 sous la mer Baltique vers l’Allemagne était fermé depuis le 11 juillet pour des travaux de maintenance annuels. 

Lorsque Gazprom a réduit le débit le mois dernier, il a cité des problèmes techniques présumés impliquant des équipements que le partenaire Siemens Energy a envoyés à Montréal, au Canada, pour des réparations et qui n’ont pas pu être renvoyés en raison des sanctions imposées suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. 

Plus tôt en juillet, le gouvernement du Canada a autorisé la livraison en Allemagne de la turbine qui alimente une station de compression à l’extrémité russe du pipeline.

Le gouvernement allemand a rejeté l’explication technique de Gazprom pour la réduction du gaz, accusant qu’il ne s’agissait que d’un prétexte pour une décision politique visant à semer l’incertitude et à faire grimper davantage les prix de l’énergie. Il a déclaré que la turbine était un remplacement qui ne devait être installé qu’en septembre, mais qu’il faisait tout pour priver la Russie du prétexte pour réduire les approvisionnements.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré mardi que Gazprom n’avait toujours pas reçu les documents pertinents pour le retour de la turbine et s’est interrogé mercredi sur la qualité des travaux de réparation. Il a ajouté que Gazprom devait fermer une autre turbine pour réparation à la fin de juillet, et si celle qui a été envoyée à Montréal n’était pas renvoyée d’ici là, le flux de gaz diminuerait encore plus.

La chef de la Commission exécutive de l’Union européenne (UE), Ursula von der Leyen, a déclaré mercredi que la turbine était en transit et qu’il n’y avait aucun prétexte pour ne pas livrer de gaz. La Commission a proposé que les pays membres réduisent leur consommation de gaz de 15 % au cours des prochains mois alors que le bloc se prépare à une éventuelle coupure totale de l’approvisionnement en gaz de la Russie.

L’Allemagne et le reste de l’Europe tentent de remplir le stockage de gaz à temps pour l’hiver et réduire leur dépendance vis-à-vis des importations énergétiques russes. L’Allemagne a la plus grande économie d’Europe; le gaz est important pour alimenter ses industries, fournir du chauffage et, dans une certaine mesure, produire de l’électricité.

Le gouvernement allemand a donné le feu vert aux entreprises de services publics pour allumer 10 centrales électriques au charbon inactives et six autres au mazout. Onze autres centrales électriques au charbon qui devaient être fermées en novembre seront autorisées à continuer de fonctionner.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.