Après un refus, la sommité mondiale Dre Liu pourra finalement aider dans les CHSLD

MONTRÉAL — Après s’être fait dire que le réseau de la santé n’avait pas besoin d’elle, l’ancienne présidente de Médecins sans frontières (MSF), Dre Johanne Liu, qui figure sur la liste des 100 personnalités les plus influentes dans le monde selon la revue Time, pourra finalement aider à donner des soins dans les CHSLD.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a indiqué vendredi soir à la Dre Liu, via Twitter, que son aide était la bienvenue.

«Merci à Dre Liu et @PaulLarocqueTVA d’avoir porté cela à mon attention. Nous avons besoin de la contribution de tous pour prendre soin de nos aînés en #CHSLD. Mon cabinet va s’assurer que Dre Liu soit appelée rapidement afin de contribuer à cet effort collectif!»

Plus tôt vendredi, l’Officière de l’Ordre national du Québec, qui était à la tête de MSF lors de la lutte contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, avait raconté au réseau TVA qu’on avait refusé son aide dans la lutte à la COVID-19.

«On m’a dit que je n’avais pas l’expérience pour répondre à des épidémies dans un milieu comme le Québec», a-t-elle expliqué à l’animateur Paul Larocque.

Vendredi soir, celle qui a passé une bonne partie de sa carrière à risquer sa vie sur des fronts en situation d’urgence sanitaire a indiqué à La Presse canadienne qu’elle ira prêter main-forte dans un CHSLD:

«Je suis sur la liste d’attente pour y aller» a-t-elle écrit dans un courriel.

Dans les derniers jours, les témoignages de Québécois prêts à aider, mais n’ayant jamais reçu d’appel ont afflué dans les médias.

Plus tôt cette semaine, le premier ministre François Legault a indiqué que le réseau de la santé avait besoin de 2000 médecins dans les CHSLD. «Que ce soient des omnipraticiens ou des spécialistes, qui viennent soigner le monde, qui viennent laver les patients, qui viennent nourrir les patients».

La Dre Liu, âgée de 54 ans, a entrepris son travail de terrain à Médecins sans frontières en 1996 et participé par la suite à une vingtaine de missions en Asie centrale, en Afrique et au Moyen-Orient, dans des  zones de conflit, de désastre ou d’épidémie.

Pendant son mandat à la présidence de MSF, l’organisation est intervenue dans plusieurs dizaines de pays, notamment en Afrique en 2014 lors de la crise du virus de l’Ebola.

Lorsque la revue Time l’a inclus dans sa liste des 100 personnes les plus influentes du monde, Tom Frieden, directeur des U.S. Centers for Disease Control and Prevention, avait écrit ceci à propos d’elle:

«Dans des circonstances extrêmement difficiles, Joanne Liu est demeurée concentrée tout en étant flexible. Plus important encore, elle travaille sans relâche pour préparer le monde à mieux répondre aux crises.»

Les commentaires sont fermés.

Le problême des monopoles de spécialistes qui pour préserver leurs marché finissent par nuire à ceux qu’ils prétendent soigner.