Arkansas: les élus adoptent une loi interdisant presque tous les avortements

LITTLE ROCK, Ark. — Les élus de l’Arkansas ont approuvé mercredi un projet de loi interdisant presque tous les avortements.

Le projet de loi se retrouve maintenant entre les mains du gouverneur républicain qui a exprimé des réserves sur cette décision.

Dans la Chambre majoritairement républicaine, 75 élus contre 18 ont voté pour le projet de loi, qui interdit tous les avortements sauf ceux pour sauver la vie de la mère en cas d’urgence médicale. La pièce législative, qui a été adoptée au Sénat le mois dernier, n’inclut aucune exception pour le viol ou l’inceste.

L’Arkansas est l’un des quelque 14 États où l’interdiction totale de l’avortement a été proposée cette année, une démarche des républicains conservateurs visant à forcer la Cour suprême des États-Unis à revoir sa décision «Roe vs Wade» qui a légalisé la procédure à l’échelle nationale en 1973.

Une autre interdiction radicale de l’avortement a été promulguée par le gouverneur de la Caroline du Sud le mois dernier, mais a été rapidement bloquée par un juge fédéral en raison d’une contestation judiciaire de l’organisation Planned Parenthood. L’Alabama a promulgué une interdiction quasi totale des avortements en 2019 qui a été bloquée en raison de contestations judiciaires.

Le gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson, qui a approuvé plusieurs restrictions majeures à l’avortement depuis son entrée en fonction en 2015, n’a pas dit s’il signerait le projet de loi, affirmant aux journalistes qu’il prendrait une décision la semaine prochaine.

«C’est une loi pro-vie et je soutiens une loi pro-vie», a-t-il simplement indiqué peu avant le vote de la Chambre. Le gouverneur dispose de cinq jours, sans compter dimanche, après la réception du projet de loi pour prendre une décision avant qu’il ne devienne loi sans sa signature. 

Le gouverneur a précédemment déclaré qu’il était préoccupé par le fait qu’il n’y ait pas d’exceptions pour le viol et l’inceste, et par la contestation directe de Roe contre Wade. Un avocat de National Right to Life a dit à M. Hutchinson dans une lettre que les chances que la législation conduise à renverser Roe contre Wade étaient «très faibles et lointaines».

Les démocrates ont qualifié la mesure d’extrême et ont déclaré qu’une telle interdiction pure et simple, si elle était adoptée, amènerait les femmes à prendre des mesures dangereuses pour mettre fin à leur grossesse.

«Nous n’avons pas à (causer) aux femmes des dommages collatéraux dans cet État simplement pour faire avancer une cause politique», a soutenu la représentante démocrate Ashley Hudson.

L’Arkansas possède certaines des lois sur l’avortement les plus strictes du pays et il y a deux ans, M. Hutchinson a promulgué une mesure qui entraînerait une interdiction de l’avortement si la décision Roe contre Wade était annulée. Une autre loi signée par le gouverneur Hutchinson en 2019 interdisant l’avortement à 18 semaines de grossesse est suspendue en raison d’une contestation judiciaire.

– Par Andrew Demillo, The Associated Press

Laisser un commentaire