Armes à feu: la réforme ne cible pas les agriculteurs et les chasseurs, dit Mendicino

REGINA — Le ministre fédéral de la Sécurité publique a déclaré que le projet de réforme des lois sur les armes à feu du pays ne visait pas les agriculteurs ou d’autres propriétaires d’armes en milieu rural qui utilisent des armes à feu à des fins récréatives ou pour aider à tenir des animaux à l’écart de leurs propriétés.

Marco Mendicino a rencontré des dirigeants communautaires, jeudi, à Regina, lors de la conférence annuelle des maires des grandes villes. Il a affirmé qu’il était important que le gouvernement fédéral mette en oeuvre des politiques sur les armes à feu qui reflètent les différentes expériences des Canadiens.

M. Mendicino a également déclaré qu’il s’était entretenu avec des chasseurs et des tireurs sportifs récréatifs pour préciser que le projet de loi présenté au Parlement cette semaine ne leur était pas destiné.

Le projet de loi, qui doit être débattu à Ottawa vendredi, appelle à un gel de l’achat, de la vente et de l’échange d’armes de poing comme moyen de lutter contre la violence armée.

La réforme exigerait également que les chargeurs d’armes d’épaule soient modifiés de manière permanente afin qu’ils ne puissent jamais contenir plus de cinq cartouches et interdirait la vente et le transfert de chargeurs de grande capacité.

Il s’agirait aussi de donner à la police de nouveaux pouvoirs d’écoute électronique pour aider à arrêter le trafic d’armes à feu.

«Cela cible la violence armée, cible le crime organisé, cible la violence conjugale en conjonction avec des armes à feu», a déclaré M. Mendicino jeudi.

«Il est important que nous nous occupions de cela maintenant. Le Canada n’est pas à l’abri de la violence armée», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.