Arrestations massives lors de manifestations au Myanmar

La police a tiré des gaz lacrymogènes, utilisé des canons à eau et des coups de feu ont été signalés dimanche dans la plus grande ville du Myanmar, lors d’une autre manifestation anti-coup d’État alors que des dizaines d’étudiants et d’autres manifestants ont été emmenés dans des camions de la police.

La violence a éclaté tôt le matin lorsque des étudiants en médecine défilaient dans les rues de Yangon près de l’intersection du centre Hledan, qui est devenu le point de rassemblement des manifestants qui se sont ensuite déplacés vers d’autres parties de la ville.

Des images ont montré des manifestants fuyant la police alors que ceux-ci les chargeaient, et des habitants installant des barrages routiers de fortune pour ralentir l’avancée des forces de l’ordre. À proximité, des habitants suppliaient la police de libérer ceux qu’ils avaient attrapés dans la rue et poussés dans des camions de police.

On ignorait, en début de journée, l’état des victimes. Des bruits de coups de feu pouvaient être entendus et ce qui semblait être des grenades fumigènes jetées dans la foule.

Les forces de sécurité semblent maintenant devenir plus agressives en utilisant la force et en procédant à des arrestations alors que le soulèvement populaire contre la prise de contrôle militaire du 1er février prend de l’ampleur.

La crise du Myanmar a pris une tournure dramatique sur la scène internationale au cours du week-end lors d’une session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies lorsque l’ambassadeur du pays à l’ONU a déclaré sa loyauté au gouvernement civil déchu d’Aung San Suu Kyi et a appelé le monde à faire pression sur l’armée pour qu’elle cède le pouvoir.

L’ambassadeur Kyaw Moe Tun a déclaré vendredi dans un discours émouvant à ses collègues délégués qu’il représentait le «gouvernement civil élu par le peuple» d’Aung San Suu Kyi et soutenait la lutte contre le régime militaire.

MRTV, une chaîne de télévision d’État du Myanmar, a diffusé samedi une annonce du ministère des Affaires étrangères selon laquelle l’ambassadeur avait été limogé parce qu’il avait abusé de son pouvoir et s’était mal conduit en ne suivant pas les instructions du gouvernement et en le trahissant.

Kyaw Moe Tun avait exhorté tous les pays à publier des déclarations condamnant fermement le coup d’État et à refuser de reconnaître le régime militaire. Il a également appelé à des mesures internationales plus fortes pour mettre fin à la violence des forces de sécurité contre des manifestants pacifiques.

Des arrestations ont eu lieu samedi dans les deux plus grandes villes du Myanmar, Yangon et Mandalay, où des manifestants se sont rendus quotidiennement dans les rues pour exiger pacifiquement la restauration du gouvernement d’Aung San Suu Kyi, dont le parti de la Ligue nationale pour la démocratie a remporté une victoire écrasante aux élections en novembre.

La police de Dawei, dans le sud-est, et de Monywa, à 135 kilomètres au nord-ouest de Mandalay, a également utilisé la force contre les manifestants. Les deux villes, de moins de 200 000 habitants chacune, ont connu de grandes manifestations.

Près de 800 personnes auraient été arrêtées depuis le coup d’État.

La junte a déclaré qu’elle avait pris le pouvoir parce que les élections de l’année dernière étaient entachés d’énormes irrégularités. La commission électorale avant la prise de pouvoir par l’armée avait réfuté l’allégation de fraude généralisée. La junte a limogé les anciens membres de la commission et en a nommé de nouveaux, qui ont annulé vendredi les résultats des élections.

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire