Arrêtez de potiner, dit le Pape aux bureaucrates du Vatican

ROME — Le pape François a exhorté lundi les bureaucrates du Vatican à mettre fin à leurs ragots et à leurs conflits égocentriques, dans un autre message de Noël ferme, mais affectueux, à la fin d’une année marquée par la pandémie de coronavirus et un scandale financier au Saint-Siège.

François a réuni ses cardinaux, ses évêques et les prélats du Vatican pour ses voeux de Noël annuels dans la salle Clémentine du Palais apostolique. Au cours des dernières années, François a profité de l’occasion pour réprimander sévèrement la cour cléricale qui entoure la papauté, dénonçant l’«Alzheimer spirituel» de certains clercs du Saint-Siège.

Cette année, François a déclaré que les conflits dans l’église entre la gauche et la droite, les progressistes et les traditionalistes, ne font que du mal à l’église et déformer sa vraie nature. «Pour cette raison, il serait bon pour nous d’arrêter de vivre dans les conflits et de sentir à nouveau que nous cheminons ensemble», a déclaré Francis.

Il a souligné que le mot «crise» ne signifie pas la même chose que «conflit», les crises dans l’église offrant une opportunité de renouveau, mais les conflits sont simplement «un gaspillage d’énergie et une occasion pour le mal».

«Le premier mal auquel le conflit nous mène, et que nous devons tenter d’éviter, ce sont les potins, les bavardages vains, qui nous piègent dans un état désagréable, triste et étouffant d’absorption de soi, a-t-il déclaré. C’est ce qui transforme la crise en conflit.»

Comme le reste du monde, l’année 2020 au Vatican a été marquée par un confinement qui a cloué au sol le pape globe-trotter, annulé ses rendez-vous hebdomadaires avec les fidèles et fermé les musées du Vatican, principale source de revenus du Saint-Siège. Ces revers pastoraux et financiers ont été aggravés par un scandale concernant l’investissement raté du Saint-Siège de 350 millions d’euros dans une entreprise immobilière à Londres qui fait maintenant l’objet d’une enquête pour corruption.

Le scandale, qui a été alimenté par des fuites internes, a révélé des guerres de territoire qui divisent la hiérarchie et a conduit à la chute d’un cardinal de haut rang, entre autres victimes.

François a demandé que l’Église ne soit pas jugée sur les crises du passé ou du présent.

«Si un certain réalisme nous amène à ne voir notre histoire récente que comme une série de mésaventures, de scandales et d’échecs, de péchés et de contradictions, de courts-circuits et de revers, nous ne devons pas avoir peur», a-t-il dit. Au lieu de cela, selon le Pape, de telles crises exigent une ouverture au changement et la recherche d’une voie à suivre.

– Par Nicole Winfield, The Associated Press

Laisser un commentaire