Assemblée nationale: rééquilibre et déséquilibre des forces en présence

QUÉBEC — L’élection d’octobre 2022 est venue créer un déséquilibre à l’Assemblée nationale comme on ne l’avait pas vu depuis 1973, lorsque Robert Bourassa avait fait élire 102 députés sur une possibilité de 110.  

La Coalition avenir Québec (CAQ) a remporté le 3 octobre dernier 90 sièges, une victoire fracassante, une supermajorité, ne laissant que des miettes à l’opposition, qui se retrouve fragmentée et immensément affaiblie.  

Pourtant, le Parti libéral du Québec (PLQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) sont parvenus à démontrer contre toute attente cet automne qu’ils pouvaient faire contrepoids au gouvernement.

Et le premier ministre François Legault a semblé reconnaître que la grogne pouvait également venir de son propre caucus; il a prié ses députés fraîchement assermentés d’éviter la «chicane» et de maintenir un front uni.

L’omnipotent ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, et sa collègue à l’Immigration, Christine Fréchette, ont vite dérogé à cette consigne en contredisant publiquement M. Legault sur le besoin d’avoir une immigration 100 % francophone. 

Presque aussitôt, la ministre Fréchette est sortie en affirmant que le gouvernement visait en fait une immigration 100 % francotrope, tandis que M. Fitzgibbon a réclamé au nom des entreprises des «exceptions».

M. Fitzgibbon, qui s’est livré à une partie de chasse avec des millionnaires sur une île privée en Estrie, a ensuite permis aux partis d’opposition de réclamer — et d’obtenir — une sixième enquête sur son éthique.

Mais surtout, le PQ, qui, avec ses trois députés n’est plus que l’ombre de ce qu’il était, a carrément réussi à imposer son agenda à l’Assemblée nationale en obtenant l’abolition du serment au roi.

Preuve que la pression était forte et que tout est une question de volonté politique, les élus qui s’étaient étonnamment ralliés à l’unanimité au PQ ont adopté le projet de loi rendant ce serment facultatif en 12 minutes.

Les partis d’opposition se sont également imposés lorsqu’il fut temps de nommer un commissaire à la langue française, un poste qui requiert un vote aux deux tiers de l’Assemblée.

Le gouvernement Legault détient désormais plus des deux tiers des sièges en Chambre, ce qui lui permet dans les faits de nommer à peu près qui il veut. 

Sont soumis à ce vote aux deux tiers les officiers importants, comme le vérificateur général, le protecteur du citoyen, le directeur général des élections et la commissaire à l’éthique. 

Bon joueur, il a cependant choisi de respecter l’esprit de la règle des deux tiers et pris un pas de recul, afin de discuter de son choix pour le poste de commissaire à la langue française avec le PLQ et QS, qui s’y opposaient.

Les graves dissensions et la chute de sa cheffe Dominique Anglade auront d’abord nui à la force de frappe du PLQ, mais le parti a réussi à se ressaisir et se stabiliser par la suite avec le chef intérimaire Marc Tanguay. 

On a également entendu de la bouche de deux ministres caquistes qu’ils avaient sollicité des rencontres avec les députés de l’opposition pour échanger sur des projets de loi à venir.

Sonia Bélanger (Aînés) et Jean Boulet (Travail) ont tous les deux déclaré vouloir travailler en collaboration avec l’opposition dans les dossiers délicats portant sur l’aide médicale à mourir et le travail des enfants.  

À d’autres occasions, le gouvernement Legault a paru arrogant, notamment lorsque le premier ministre a boudé la presse parlementaire et refusé de faire le bilan de la session avec elle, rompant avec la tradition.

Il n’empêche que François Legault trône au sommet des premiers ministres les plus aimés au pays, selon un récent sondage d’Angus Reid, qui lui donne 57 % des appuis au Québec.

Avec ce taux de popularité, qui sait comment il se comportera dans les années à venir, et si les partis d’opposition réussiront toujours à le talonner aussi efficacement?

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.