Assouplissement des consignes sanitaires: «Pas trop vite!», plaide Dr Alain Poirier

SHERBROOKE, Qc — À l’image du portrait de la pandémie dans l’ensemble du Québec, les statistiques maintiennent leur tendance à la baisse en Estrie. Lundi, on ne rapportait que dix nouveaux cas et un décès. Malgré ces données encourageantes, le directeur régional de la santé publique, Dr Alain Poirier, plaide en faveur de la prudence à l’approche d’un assouplissement des mesures restrictives.

Alors que le premier ministre François Legault doit s’adresser aux Québécois mardi soir et qu’il a déjà préparé le terrain en vue d’un début d’assouplissement de certaines consignes, Dr Poirier estime qu’il faut encore être patient, du moins en Estrie et dans les régions voisines.

«Les mesures fonctionnent actuellement», a d’abord insisté celui qui occupait la fonction de directeur national de la santé publique avant l’arrivée d’Horacio Arruda. Et s’il s’attend à un éventuel assouplissement des consignes actuelles visant à freiner la propagation de la COVID-19, le «timing» demeure crucial dans la prise d’une telle décision.

Actuellement, en plus du couvre-feu imposé entre 20 h 00 et 5 h 00 dans toute la province, les commerces de biens et services jugés non essentiels sont fermés et le télétravail est obligatoire à moins d’exceptions. Il est également interdit de se rassembler à l’intérieur comme à l’extérieur sauf si l’on fait partie d’un même foyer.

S’il est heureux de voir l’Estrie sortir du palier rouge pour entrer dans le palier orange, Dr Poirier souligne que Montréal, la Montérégie ainsi que «les trois «L», soit Laval-Laurentides-Lanaudière, demeurent «bien solides dans le rouge», décrit-il.

«Je suis à peu près certain que, compte tenu de ce qu’on vient de vivre – une deuxième vague pas mal plus longue et intense – il y a quelques inquiétudes», a partagé l’expert en conférence de presse virtuelle lundi après-midi.

Toujours selon Dr Alain Poirier, tous les directeurs régionaux de la province ont pu donner leur opinion sur le sujet au cours d’une réunion tenue dimanche. Ces discussions seraient quotidiennes entre tous les directeurs de la santé publique. 

Le responsable de la santé publique en Estrie a résumé son analyse en trois points pour mettre en garde contre un allègement précipité des mesures sanitaires. D’abord, il observe la tendance dans les régions voisines toujours dans le rouge, ensuite il prend en considération la tendance sur son territoire qui vient d’entrer en zone orange, puis il tient compte de la menace du principal variant en circulation.

«Donc, c’est toute une série d’éléments qui concourt au fait que ce n’est pas trop vite qu’il faut éliminer les mesures», martèle-t-il.

Nouveaux sites de vaccination

Par ailleurs, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a annoncé lundi qu’un site fixe de vaccination de masse est prêt à ouvrir ses portes à l’Hôtel Castel de Granby. Il ne manque que l’approvisionnement en doses de vaccin pour que l’opération puisse débuter.

De plus, six autres lieux du même genre vont être déployés afin de desservir tous les réseaux locaux de services (RLS) du territoire, a annoncé la responsable des communications du CIUSSSE-CHUS, Annie-Andrée Émond.

Toutefois, avant d’entreprendre la vaccination au sein de la population générale, il faudra d’abord finir d’inoculer les personnes vivant en ressources intermédiaires (RI) et dans les résidences pour personnes âgées (RPA).

Laisser un commentaire