Attaque au camion-bélier à Toronto: Minassian a tergiversé sur ses motivations

TORONTO — La recherche de notoriété et la peur d’échouer dans un nouvel emploi étaient les motifs de l’attaque au camion-bélier sur un trottoir très fréquenté de Toronto il y a deux ans, a appris le tribunal jeudi.

C’est ce qu’Alek Minassian a affirmé à un psychiatre à propos de l’attaque du 23 avril 2018, dans laquelle 10 personnes ont été tuées et 16 autres ont été blessées.

Dans un entretien avec la police peu de temps après son arrestation, M. Minassian a déclaré qu’il avait voulu se venger contre la société après avoir été rejeté par les femmes pendant des années.

Il a affirmé plus tard à un autre médecin qu’il aurait souhaité avoir tué plus de femmes et qu’il était un adepte du mouvement «incel», qui attire des hommes involontairement célibataires détestant les femmes parce qu’ils n’arrivent pas à avoir de relations sexuelles avec elles.

Le procureur de la Couronne John Rinaldi a présenté à la cour des extraits de divers rapports psychiatriques de l’accusé, dont un du docteur John Bradford, un psychiatre légiste engagé par la défense.

Le docteur Bradford a écrit dans son rapport qu’Alek Minassian lui avait dit que l’attaque avait été motivée par son «extrême anxiété» de commencer un nouvel emploi, plutôt que par une quelconque haine envers les femmes.

«Il maintient que sa principale motivation était la peur d’échouer dans son travail qu’il devait commencer environ sept jours après l’incident», a écrit le docteur Bradford.

La défense plaide que l’accusé devrait être déclaré non criminellement responsable de ses actes du 23 avril 2018 en raison d’un trouble mental — l’autisme.

Alek Minassian a plaidé non coupable à 10 chefs d’accusation de meurtre au premier degré et à 16 chefs de tentative de meurtre, bien qu’il ait admis devant le tribunal avoir planifié et mené l’attaque à la camionnette. La seule question à trancher au procès est son état d’esprit au moment des faits.

Obsédé par le précurseur des «incels»

Le ministère public a contre-interrogé la docteure Rebecca Chauhan, une psychiatre médico-légale qui a évalué M. Minassian pour le compte de la défense.

La docteure Chauhan a affirmé mercredi que M. Minassian était «obsédé» par Elliot Rodger, un jeune de 22 ans qui a tué six personnes et en a blessé 14 autres avant de se suicider à Isla Vista, en Californie, en mai 2014.

Le «manifeste» d’Elliot Rodger sur sa haine envers les femmes a trouvé un public dans certains cercles en ligne, où le meurtrier est considéré comme le précurseur des «incels» —  les célibataires involontaires. 

La docteure Chauhan a rapporté que M. Minassian lui avait dit que pendant son attaque, il avait souhaité atteindre plus de femmes, en particulier «des femmes jeunes et attrayantes».

M. Minassian lui a longuement parlé d’Elliot Rodger dans leurs entretiens et a déclaré avoir lu son manifeste quotidiennement dans les mois précédant l’attaque au camion-bélier, a-t-elle dit.

«L’autisme sous-jacent de M. Minassian l’a rendu vulnérable à l’hyperfixation et aux écrits d’Elliot Rodger», a déclaré la docteure Chauhan mercredi.

Jeudi, le tribunal a appris qu’Alek Minassian avait dit au docteur Bradford que ce qu’il avait dit à l’enquêteur de la police après son arrestation était «tout inventé».

«Il laisse entendre qu’il a inventé cela car il ne s’attendait pas à être arrêté», a écrit le psychiatre. «Il pensait que l’incident finirait par un suicide par police interposée. Il nie avoir été radicalisé par le mouvement.»

Le procureur de la Couronne a relevé que tout cela pourrait être des mensonges de M. Minassian.

«Nous ne savons vraiment pas quand il dit la vérité, c’est un problème, êtes-vous d’accord avec ça?», a demandé Me Rinaldi à la docteure Chauhan.

«Cela soulève certainement ce problème avec sa déclaration à la police et ses motivations à ce sujet», a répondu la psychiatre.

La défense a ensuite montré un autre extrait du rapport du docteur Bradford selon lequel M. Minassian lui avait parlé des mêmes motivations que celles rapportées à la police.

«M. Minassian a continué à croire que ses actions étaient justifiées et a continué à croire au mouvement incel», a écrit le docteur Bradford.

Fasciné par les tueries de masse

Le tribunal a également appris que l’accusé fantasmait depuis longtemps sur les tueries de masse.

Ses fantasmes ont commencé après la fusillade à Virginia Tech, où un homme de 23 ans a tué 32 personnes avant de se suicider en 2007, a écrit la docteure Chauhan dans son rapport. «En outre, il a rapporté que dans le contexte où il se sentait seul dans son adolescence, il fantasmait sur l’idée de tirer sur des gens tous les quatre à cinq mois», a-t-elle écrit. 

Alek Minassian a raconté à un autre psychiatre qu’il avait lu des pages Wikipédia sur les auteurs de la tuerie de l’école Columbine, au Colorado, en 1999.

Il a dit à un autre psychiatre légiste, le docteur Scott Woodside, que lorsqu’il se sentait déprimé à l’école secondaire, il cherchait à savoir combien de personnes avaient été tuées dans diverses fusillades survenues dans des écoles.

«M. Minassian a noté qu’il avait commencé à fantasmer sur le fait de perpétrer une tuerie dans une école durant ses deux dernières années à l’école secondaire, mais qu’il n’avait jamais pris de mesures en ce sens», a écrit le docteur Woodside.

Alek Minassian a dit au psychiatre qu’il n’avait jamais mis ses idées à exécution parce qu’il ne savait pas comment se procurer une arme à feu.

Laisser un commentaire