Accusations de terrorisme contre le suspect dans l’attaque de London en Ontario

LONDON, Ont. — La poursuite a ajouté l’infraction de terrorisme aux accusations de meurtre déposées contre l’homme qui aurait tué avec sa camionnette quatre membres d’une famille musulmane à London, en Ontario.

La Couronne affirme que les quatre chefs d’accusation de meurtre au premier degré déjà déposés contre Nathaniel Veltman sont liés à une activité terroriste et les procureurs ont donc rehaussé lundi ces accusations, en vertu de l’article 83 du Code criminel. Au lendemain du drame, la police avait allégué qu’il s’agissait d’une attaque planifiée et préméditée visant des musulmans.

L’article 83 stipule que la Couronne ne peut engager une poursuite à l’égard d’une infraction de terrorisme sans le consentement du procureur général. La procureure Sarah Shaikh a expliqué lundi que la poursuite avait désormais reçu le consentement du procureur général pour ajouter cet élément de terrorisme aux accusations de meurtres.

«M. Veltman, vous êtes maintenant accusé de quatre chefs de meurtre au premier degré», a déclaré Me Shaikh en cour virtuelle. «En plus des allégations voulant que ces meurtres aient été planifiés et délibérés, l’allégation additionnelle est qu’ils constituent aussi des gestes terroristes.»

L’accusé, qui n’a pas encore retenu les services d’un avocat, a comparu brièvement devant le tribunal par visioconférence, lundi matin, et il a déclaré qu’il comprenait la nature des nouvelles accusations.

Salman Afzaal, 46 ans, sa femme de 44 ans Madiha Salman, leur fille de 15 ans Yumna et la grand-mère de 74 ans de l’adolescente, Talat Afzaal, ont été tués lors d’une promenade en soirée le 6 juin.

Le fils de neuf ans du couple, Fayez, a été grièvement blessé, mais devrait se rétablir. Nathaniel Veltman fait donc face également à un chef d’accusation de tentative de meurtre en raison d’activités terroristes.

La police de London allègue que l’incident était une attaque planifiée et préméditée ciblant des musulmans, mais n’a pas expliqué comment elle en était arrivée à cette conclusion.

Saboor Khan, un ami de la famille, a déclaré lundi que l’ajout d’«activité terroriste» aux accusations était «la bonne chose à faire» dans les circonstances. «La famille et la communauté ont été terrorisées et beaucoup d’entre nous ont peur de sortir de chez nous», a déclaré M. Khan.

La police a précisé qu’il n’y avait aucun lien entre Nathaniel Veltman et quelque groupe haineux que ce soit. Lundi, elle a diffusé une déclaration pour assurer à la population de London «qu’il n’y a pas d’autre menace connue ou soupçonnée pour le public associée à l’accusé à ce moment».

Des funérailles pour la famille ont attiré des centaines de personnes au Centre islamique du sud-ouest de l’Ontario, en fin de semaine. 

Saboor Khan a indiqué que le petit orphelin se portait plutôt bien et recevait l’amour et l’appui de sa famille élargie.

La vice-première ministre du Canada Chrystia Freeland a applaudi les nouvelles accusations lors d’une conférence de presse, lundi matin.

«Je crois qu’il est très important pour nous de nommer (l’incident) comme un acte de terrorisme», a-t-elle déclaré. «Il est important pour nous d’identifier cela comme un geste islamophobe et il est important pour nous d’identifier la menace terrible posée par le suprémacisme blanc pour le Canada et les Canadiens.»

Leah West, professeure à l’École des affaires internationales Norman Paterson de l’Université Carleton et qui étudie le droit de la sécurité nationale, a déclaré que les conditions pour le dépôt d’accusations de terrorisme sont en train d’évoluer.

«Dans le passé, nous n’avons généralement pas vu d’accusations de terrorisme là où il y a déjà des accusations de meurtre, car cela alourdit le fardeau de l’accusation sans rien ajouter à la peine possible», a déclaré Leah West, qui a également travaillé dans le passé  au ministère fédéral de la Justice.

«Une accusation de terrorisme peut permettre de dénoncer le type de violence motivée par la haine et peut permettre de signaler  aux victimes et à la communauté que cela est perçu comme tel et que l’acte de terrorisme sera pris en compte dans la poursuite.»

Yellow London Taxi a déclaré la semaine dernière qu’un de ses chauffeurs avait appelé le 911 après qu’un homme dans une camionnette noire se soit rendu dans un stationnement et ait demandé au chauffeur de taxi d’appeler la police parce qu’il «a tué quelqu’un».

Le chauffeur de taxi a déclaré que l’homme avait des croix gammées sur son T-shirt et portait un casque de style militaire et ce qui semblait être un gilet blindé.

L’accusé doit comparaître à nouveau le 21 juin.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.