Attaques en Arabie saoudite: pas de frappe contre l’Iran pour l’instant

WASHINGTON — Le Pentagone a annoncé vendredi le déploiement d’équipement et de militaires additionnels dans la région du golfe Persique, à la demande de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis. Le président américain Donald Trump a finalement décidé de ne pas lancer une frappe militaire contre l’Iran en réponse aux attaques contre des installations pétrolières saoudienne — ou du moins, pour l’instant.

Le secrétaire du département de la Défense, Mark Esper, explique que l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis ont sollicité le soutien des États-Unis afin de renforcer la sécurité dans la région.

Ce déploiement américain n’exclut toutefois pas l’adoption d’autres mesures dans la foulée des attaques du weekend dernier pour lesquelles l’Iran avait été pointé du doigt, signale-t-il.

Donald Trump soutient que sa décision de faire preuve de retenue et de ne pas autoriser immédiatement une frappe militaire contre l’Iran est un geste qui «paraît beaucoup plus fort».

Mais il ne ferme toujours pas complètement la porte à une éventuelle intervention militaire. Le président américain affirme que plusieurs s’attendaient à ce qu’il attaque «en l’espace de deux secondes», mais il rappelle qu’il a «amplement le temps» de réagir.