Atteint de la COVID-19, Donald Trump n’est «pas sorti du bois», selon son médecin

WASHINGTON — Atteint de la COVID-19, Donald Trump a traversé une période «très préoccupante» et les deux prochains jours seront «critiques», a indiqué son chef de cabinet, samedi.

Cette mise à jour sur l’état de santé du président américain détonnait avec l’évaluation optimiste présentée un peu plus tôt par des médecins qui ont pris soin de ne pas révéler que M. Trump avait reçu un supplément d’oxygène à la Maison-Blanche.

Samedi soir, M. Trump a diffusé une vidéo pour dire qu’il «se sentait mieux» et qu’il pensait bientôt obtenir son congé de l’hôpital.

Quelques heures plus tôt, son chef de cabinet, Mark Meadows, a pourtant indiqué qu’il n’y avait toujours pas de «voie claire vers un rétablissement complet».

Lors d’un suivi sur son état de santé, en soirée, son médecin en chef a fait preuve d’un optimiste prudent, tout en soulignant que le président n’était toujours «pas sorti du bois».

Ces comptes-rendus changeants et parfois même contradictoires minent la crédibilité de la Maison-Blanche au moment où bien des Américains surveillent la situation avec angoisse.

Samedi matin, la mise au point effectuée par l’équipe de médecins de M. Trump a soulevé plus de questions qu’elle n’a apporté de réponses.

Ils ont déclaré que le président se portait bien et que ses symptômes s’atténuaient. Le Dr Sean Conley a toutefois évité d’indiquer si le président avait eu besoin d’un supplément d’oxygène, malgré les questions répétées à ce sujet. Il a aussi refusé de préciser des informations cruciales, comme le niveau de fièvre atteint par le président. 

Les médecins ont aussi dit qu’il avait commencé à présenter des «indications cliniques» de la COVID-19 dès jeudi après-midi, bien plus tôt que ce qui avait précédemment été rapporté.

Une source familière avec l’état de santé de Donald Trump confirme que le président avait reçu un supplément d’oxygène à la Maison-Blanche, vendredi, avant son entrée à l’hôpital. Cette source n’était pas autorisée à parler publiquement et s’est entretenue avec l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat.

Un bon moral

Les médecins ont indiqué que le président gardait un moral exceptionnel, qu’il ne souffrait plus de fièvre et n’éprouvait aucune difficulté à respirer. On lui a toutefois administré de l’aspirine, ce qui pourrait atténuer ou carrément masquer une fièvre.

Selon le Dr Sean Dooley, M. Trump leur a dit qu’il se sentait prêt à sortir de l’hôpital dès aujourd’hui (samedi). «C’est un commentaire très encourageant de la part du président», a déclaré le Dr Dooley.

Ils ont aussi réitéré qu’il avait été hospitalisé par mesure de précaution.

Un troisième médecin, le Dr Brian Garibaldi, a indiqué que les médecins comptaient encourager le président «à manger, à boire et à ne pas rester au lit». Il a aussi dit que le président avait reçu une première dose de Remdesivir. M. Trump devrait être recevoir d’autres doses de ce médicament au cours des cinq prochains jours.

Après avoir révélé lui-même dans un gazouillis qu’il est atteint de la COVID-19, le président américain Donald Trump, fatigué et fiévreux, a été transporté vendredi soir à bord de l’hélicoptère Marine One vers un hôpital militaire. Il avait au préalable reçu un traitement expérimental à la Maison-Blanche.

Melania Trump a également été déclarée positive à la COVID-19 et se rétablit à la maison.

M. Trump devrait passer «quelques jours» au centre médical militaire Walter Reed à Washington. La Maison-Blanche a précisé plus tôt dans la journée qu’il s’agissait d’une mesure de précaution et que le président continuerait de travailler à partir de la suite présidentielle de l’hôpital, qui est équipée pour lui permettre d’assumer ses fonctions officielles.

«Je vais bien, je crois. Merci à tous. LOVE!!!», a écrit Donald Trump dans un bref message sur son compte Twitter, vers minuit.

Laisser un commentaire
Les plus populaires