Le roi Charles III prononce son premier discours devant les Britanniques

LONDRES — Au lendemain du décès de sa mère, la reine Élisabeth II, le roi Charles III a prononcé son premier discours télévisé devant les Britanniques, vendredi soir.

Le nouveau roi a d’abord salué le travail de sa mère en tant que monarque, et sa rigueur tout au long de sa vie — jusqu’à la fin.

Le roi Charles III a dit éprouver des sentiments de profonde tristesse en se souvenant de sa mère comme une «inspiration et un exemple pour moi et toute ma famille». 

«Nous lui devons la dette la plus sincère qu’une famille puisse avoir envers sa mère pour son amour, son affection, ses conseils, sa compréhension et son exemple», a-t-il souligné.

Le nouveau souverain a rappelé que l’engagement de la reine à vivre une vie de service public n’était pas seulement une promesse, mais un engagement personnel profond, qui aura défini toute sa vie.

«Elle a fait des sacrifices pour le devoir. Son dévouement en tant que souveraine n’a jamais faibli, à travers les périodes de changement et de progrès, à travers les périodes de joie et de célébration, et à travers les périodes de tristesse et de perte.»

Il a remercié sa «maman chérie» pour son amour et son dévouement envers sa famille et la grande famille des nations qu’elle a servies au cours de sa vie.

Le discours, diffusé sur la BBC et devant des personnes en deuil à Londres, avait été préenregistré plus tôt dans la journée au palais de Buckingham.

Charles III a ensuite rappelé que le Royaume-Uni et le monde entier ont bien changé depuis que sa mère a accédé au trône, en 1952. Il a toutefois  soutenu que les valeurs britanniques sont demeurées et «doivent rester constantes».

«Je m’efforcerai de vous servir avec loyauté, respect et amour comme je l’ai fait tout au long de ma vie», a-t-il promis, s’engageant à défendre les principes constitutionnels du Royaume-Uni aussi longtemps qu’il vivra.

Charles III a terminé ses premières déclarations publiques en tant que monarque britannique en remerciant la population pour les condoléances que lui et sa famille ont reçues depuis jeudi.

Le nouveau roi a par ailleurs profité de son premier discours pour exprimer son amour envers son fils, le prince Harry, et sa femme, Meghan. 

Meghan, 41 ans, et Harry, 37 ans, entretiennent une relation tendue avec la famille royale britannique depuis qu’ils se sont retirés de leurs fonctions officielles et ont quitté le Royaume-Uni, au début de 2020. Ils ont invoqué notamment des «intrusions intenables» et des postures racistes de médias britanniques.

Le roi Charles III avait regagné Londres en avion, plus tôt vendredi, depuis Balmoral, en Écosse, où sa mère était décédée jeudi. Il a été conduit au palais de Buckingham dans une voiture officielle. Une foule nombreuse a applaudi lorsque la Bentley est arrivée aux portes du palais.

Nombreux hommages pour la reine

Les cloches ont résonné partout au Royaume-Uni, vendredi matin, tandis que Britanniques fourmillaient devant le palais de Buckingham pour rendre hommage à la reine Élisabeth II.

Pendant que le pays entamait une période de deuil de 10 jours, des personnes du monde entier se sont rassemblées dans les ambassades britanniques pour honorer à la reine, décédée jeudi au château de Balmoral en Écosse. Un salut de 96 canons était prévu à Londres — un pour chaque année de la longue vie de la reine. 

Au Royaume-Uni et dans ses anciennes colonies, l’admiration généralisée pour Élisabeth II elle-même était parfois mêlée de mépris pour l’institution et l’histoire impériale qu’elle représentait.

Des centaines de personnes sont arrivées dans la nuit pour déposer des fleurs devant les portes du palais de Buckingham, la maison londonienne de la souveraine, ou pour prendre le temps de se recueillir.

Giles Cudmore, qui travaille en finances, a raconté que la reine représentait une «constance à travers tout, le bon et le mauvais».

«Elle a juste été le fondement de ma vie, du pays», a-t-il déclaré.

Au Royaume-Uni, la vie politique a été mise sur pause — les députés rendront hommage à la reine pendant deux jours — plusieurs événements sportifs et culturels ont été annulés et certaines entreprises ont décidé de fermer leurs portes.

L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a affirmé que la mort de la reine marquait un «changement énorme» pour les Britanniques et le monde entier. «Une partie de notre vie que nous tenions pour acquise comme étant permanente n’est plus là», a-t-il soutenu.

Après une veillée à Édimbourg, le cercueil de la reine sera amené à Londres, où il restera pendant plusieurs jours, avant les funérailles à l’abbaye de Westminster.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.