Au moins 29 nouveaux cas dans l’Atlantique, mais pas de nouveaux décès

Le Nouveau-Brunswick recensait mardi deux nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le bilan à 70 cas confirmés dans cette province.

La responsable de la santé publique a précisé qu’un de ces nouveaux cas est lié au voyage, et l’autre à un contact avec un cas déjà connu.

La docteure Jennifer Russell précise que la province compte jusqu’ici trois cas de transmission locale ou communautaire — sur 70 cas confirmés.

Par ailleurs, neuf personnes infectées se sont rétablies, mais la médecin hygiéniste en chef demande à la population de ne pas baisser la garde.

«Les mesures recommandées ne seront efficaces que si elles sont toutes appliquées, de façon constante et systématique», a rappelé la docteure Russell mardi en conférence de presse. «Nous commençons à peine à mesurer les impacts de gestes adoptés depuis trois semaines.»

Nouvelle-Écosse

En Nouvelle-Écosse, on signalait mardi 20 nouveaux cas, pour un total de 147 cas confirmés dans cette province.

Les responsables de la santé publique précisent que la plupart des cas sont liés au voyage ou à un cas déjà connu; un cas est toutefois lié à une transmission locale.

Les gens infectés sont âgés de moins de 10 ans à plus de 80 ans. Quatre personnes sont actuellement à l’hôpital, tandis que 10 ont maintenant récupéré, indiquent les responsables.

Par contre, deux résidents de centres de soins de longue durée et quatre membres du personnel ont contracté le coronavirus. «Des gens de la communauté viennent travailler dans ces établissements — les résidents ont besoin de soins», a rappelé le directeur de la santé publique de la province, le docteur Robert Strang.

«C’est préoccupant, mais je pense qu’on a fait tout ce qu’on a pu pour limiter la possibilité de l’introduction du virus dans ces établissements et on dispose de plans solides pour réagir.»

Terre-Neuve

Terre-Neuve-et-Labrador, une petite province qui est durement touchée par le coronavirus, a annoncé mardi quatre nouveaux cas de la COVID-19, portant le bilan total à 152 — presque autant qu’en Nouvelle-Écosse, pour un peu plus de la moitié de la population. Mais on apprenait lundi que de très nombreux cas sont liés à un foyer d’éclosion spécifique qui a pris naissance au salon funéraire Caul de Saint-Jean plus tôt en mars.

C’est à Terre-Neuve-et-Labrador qu’on a enregistré au début de la semaine le tout premier décès lié à la COVID-19 dans les provinces de l’Atlantique. Cette province présentait lundi le deuxième taux d’infection par habitant le plus élevé au pays, après le Québec.

La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de la province, a indiqué que les quatre nouveaux cas recensés mardi se retrouvent dans la région desservie par la Régie de la santé de l’Est. Onze malades sont hospitalisés à cause du virus et deux sont aux soins intensifs.

Le premier ministre, Dwight Ball, a prévenu mardi que le faible nombre de nouveaux cas ne devrait pas pousser les Terre-Neuviens au laisser-aller. «Entendez-moi bien: nous sommes toujours en état d’urgence sanitaire!», a-t-il dit.

Les parcs et terrains de camping municipaux et privés ont reçu l’ordre de fermer, mais la docteure Fitzgerald rappelle que les citoyens devraient toujours continuer à faire de l’exercice à l’extérieur — tout en respectant les règles de distanciation sociale.

Île-du-Prince-Édouard

Dans l’Île-du-Prince-Édouard, on recensait mardi trois nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le bilan provincial à 21 cas confirmés.

La responsable de la santé publique, la docteure Heather Morrison, affirme que les trois nouveaux cas sont tous liés à un voyage à l’étranger et que ces gens sont en isolement volontaire. L’île ne compte jusqu’ici aucun cas de transmission locale.

«Ce qui m’inquiète maintenant, c’est que les gens se lassent de rester confinés à la maison, de pratiquer la distanciation — mais c’est la meilleure chose que l’on puisse faire pour se protéger, protéger nos proches et toute notre île», a martelé la docteure Morrison.

En dépit des nombreuses mises en garde, elle a eu vent de nombreux déplacements en voiture dans l’île. La docteure Morrison a d’ailleurs rappelé qu’un homme de Summerside avait été condamné à une amende de 1000 $ pour ne pas s’être mis en isolement.

Elle a également demandé aux villégiateurs de l’extérieur de la province d’attendre la fin de la pandémie avant de gagner leur chalet sur l’île. La docteure Morrison a rappelé que tous les visiteurs de l’extérieur devront respecter une quarantaine de 14 jours, ce qui veut dire qu’ils auront besoin d’aide pour leurs emplettes essentielles.