Au Wisconsin, le recomptage semble être un prétexte pour une contestation

CHICAGO — Les espoirs du président Donald Trump d’annuler sa défaite électorale dans le Wisconsin reposent sur le rattrapage d’un déficit de quelque 20 500 voix, une barre incroyablement haute qui invite à la spéculation sur son réel objectif — notamment sur la possibilité qu’il veuille se préparer à des contestations juridiques qui pourraient gagner la faveur de la Cour suprême de l’État, contrôlée par des juges conservateurs.

Donald Trump entend clairement s’attaquer aux bulletins de vote par correspondance, qui ont été utilisés beaucoup plus largement par les partisans de Joe Biden, dans le cadre du recomptage partiel qui ne couvre que les comtés de Milwaukee et de Dane — les plus grands et les plus progressistes de l’État.

Voici quelques questions et réponses sur le sujet:

— Quelles sont les chances que Donald Trump gagne au terme du recomptage?

À la lumière des recomptages qui se sont déroulés dans l’histoire, ce serait inédit. Il n’y a pas de précédent au Wisconsin ou ailleurs où un recomptage a changé le résultat d’une course avec une marge aussi importante que M. Biden.

À la suite de la victoire de Donald Trump en 2016, un recomptage à l’échelle du Wisconsin avait été demandé par la candidate du Parti vert Jill Stein, mais cela avait à peine modifié le portrait. Dans tout le pays, il y a eu au moins 31 recomptages lors d’élections dans les États depuis le plus célèbre effectué en Floride pour la course présidentielle de 2000. Seuls trois de ces résultats ont changé, mais dans tous les cas, la course s’était décidée par une centaine de votes, pas des milliers.

— Qu’en est-il des irrégularités soulevées par M. Trump?

La demande de M. Trump affirme que les comtés ont émis des bulletins de vote sans avoir d’abord reçu de demandes écrites, ce qui entrerait en violation de la loi de l’État. Il allègue que tous ces bulletins de vote devraient être disqualifiés, mais n’offre aucune preuve.

Les gens qui votent en personne par anticipation remplissent une enveloppe de certification dans laquelle ils placent ensuite leur bulletin de vote et cette enveloppe sert de document écrit. Mais la grande majorité des demandes de vote par correspondance ces jours-ci sont faites en ligne, avec le nom d’un électeur inscrit dans un document électronique seulement.

La question a été soulevée cette semaine lors d’une réunion de la Commission électorale du Wisconsin, les commissaires républicains se demandant si les bulletins de vote par correspondance demandés en ligne devraient être invalidés. Le personnel de la commission a déclaré que les documents électroniques faisaient tout simplement partie des élections modernes.

— Quelles autres allégations concernent le vote par correspondance?

Les bulletins de vote par correspondance doivent inclure une enveloppe extérieure avec les adresses des témoins au scrutin. La demande de M. Trump affirme que les greffiers ont enfreint la loi en permettant au personnel d’écrire toute adresse manquante pour ces témoins. Il juge que de tels bulletins de vote devraient être disqualifiés.

Mais selon les directives de longue date de la Commission électorale bipartisane, les greffiers peuvent compléter les informations manquantes lorsqu’ils peuvent les déterminer de manière fiable. Aucun tribunal n’a jugé cette pratique illégale.

— Quel est le problème dont M. Trump parle sur les électeurs «indéfiniment confinés»?

La demande de recomptage du président met en évidence une forte augmentation du nombre d’électeurs qui se sont déclarés «confinés indéfiniment», un statut qui, en vertu de la loi du Wisconsin, signifiait qu’ils n’avaient pas à fournir une pièce d’identité avec photo pour obtenir un vote par correspondance. La demande indique que la loi a été conçue pour s’appliquer aux infirmes, gravement malades ou handicapés, mais qu’elle a été invoquée à tort par des dizaines de milliers de personnes pendant la pandémie. Il n’offre aucune preuve relativement aux chiffres qu’il avance.

Le Parti républicain du Wisconsin a poursuivi le greffier démocrate du comté de Dane, Scott McDonell, en mars, avant les primaires de l’État, pour avoir dit aux gens sur sa page Facebook que les électeurs pourraient se déclarer confinés indéfiniment en raison de la pandémie. La Cour suprême du Wisconsin a ordonné à M. McDonell de cesser de publier des directives différentes de celles approuvées par la Commission électorale du Wisconsin. La campagne Trump a allégué que «le mal était déjà fait».

On ne sait pas comment la campagne Trump prouverait que des milliers de bulletins de vote ont été obtenus de façon inadéquate.

— Quel pourrait être le dénouement pour M. Trump?

Les problèmes que les républicains soulèvent dans le recomptage pourraient brouiller les cartes et aider Donald Trump à revendiquer la victoire.

Le recomptage doit être effectué avant le 1er décembre, date limite pour la Commission électorale du Wisconsin pour certifier le vote. La loi de l’État donne ce pouvoir au président de la commission, qui est actuellement démocrate, et les électeurs de Joe Biden ont été choisis par le Parti démocrate en octobre. La législature de l’État, bien que contrôlée par les républicains, ne joue aucun rôle dans ce processus.

Laisser un commentaire