Aucun incident de cybersécurité important n’a affecté l’élection d’octobre

OTTAWA — Le directeur général des élections, Stéphane Perrault, a déclaré qu’il n’y a eu aucun incident de cybersécurité important pendant la campagne électorale fédérale de l’automne dernier.

Dans un rapport préliminaire sur l’élection du 21 octobre, M. Perrault affirme qu’il n’y a pas eu de cyberperturbation des services aux Canadiens ou de l’administration du processus électoral.

Élections Canada a créé une unité de surveillance des médias sociaux afin de détecter la désinformation sur la façon et le moment de voter, de même que le lieu du vote, et d’éliminer des sites web et des comptes de médias sociaux qui prétendaient faussement appartenir à l’agence électorale indépendante.

M. Perrault affirme qu’Élections Canada a signalé aux plateformes de médias sociaux un total de 28 cas d’usurpation d’identité ou d’informations inexactes qui auraient pu nuire à la capacité des électeurs de voter.

Treize de ces publications ont été supprimées par les plateformes; certains comptes ont été jugés inactifs.

Élections Canada continue de travailler avec des plateformes et des sites web pour demander la suppression d’autres renseignements qui prétendent faussement provenir de l’agence.

«Je suis heureux de pouvoir dire qu’aucune menace sérieuse pour la cybersécurité n’a pesé sur l’infrastructure d’Élections Canada pendant cette élection, en dehors de celles qui pèsent quotidiennement sur tout organisme du gouvernement fédéral», a écrit M. Perrault dans une préface au rapport.

«L’organisme a surveillé l’environnement d’information pour détecter l’information erronée sur le processus électoral et, à quelques reprises, a signalé aux administrateurs de plateformes de médias sociaux et de sites web des renseignements inexacts ou des faux comptes. Aucun de ces cas n’était inquiétant en termes de portée.»

Le rapport indique qu’environ 18,3 millions de Canadiens ont voté, soit 67 % des électeurs inscrits, en légère baisse par rapport au taux de participation de 68 % en 2015, qui avait représenté un sommet en 20 ans.

Il indique également que les Canadiens choisissent de plus en plus de voter par anticipation plutôt que d’attendre le jour des élections.

Les heures de vote par anticipation ont été pour la première fois étendues à 12 heures par jour et se sont déroulées sur quatre jours pendant la fin de semaine de l’Action de grâces. Le rapport indique que près de 4,9 millions d’électeurs (plus de 26 % du total des personnes ayant voté) ont profité du vote par anticipation — une augmentation de 32,7 % par rapport aux élections de 2015 et une énorme augmentation de 131 % par rapport à 2011.

Un petit pourcentage a voté par bulletin spécial.

Alors que près de 70 % des votants ont choisi l’approche traditionnelle d’attendre de voter à leur bureau de scrutin local le jour de l’élection, le rapport indique qu’il s’agit du pourcentage le plus bas jamais enregistré aux élections fédérales canadiennes et témoigne de l’augmentation de la popularité du vote par anticipation.»

Les plus populaires