«Aucune velléité dictatoriale», assure Geneviève Guilbault

QUÉBEC — Les policiers partent à la chasse aux réfractaires aux règles sanitaires dans les bars, restaurants et hôtels en fin de semaine, mais ils ne sont pas encore prêts à frapper dans les domiciles.

Le gouvernement Legault se défend de vouloir ainsi imposer une dictature, mais appelle à la responsabilité des citoyens pour dénoncer des situations.

Plus d’un millier d’établissements seront ciblés dans tout le Québec pour vérifier si les règles de la santé publique sont respectées, et sinon, imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 6000 $, autant aux clients qu’aux exploitants.

Aucun complot

«Mes collègues et moi n’avons qu’un seul objectif: c’est de protéger la santé des Québécois et de faire en sorte que la société puisse continuer de fonctionner, a dit en conférence de presse la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, vendredi matin à Québec. Ça ne repose sur aucun complot ou aucune velléité dictatoriale ou autre.»

La ministre appelle également les citoyens à la vigilance, s’ils constatent des comportements répréhensibles: pistes de danse bondées, pas de port de masque à l’intérieur, des gens qui boivent debout, etc. S’ils préviennent le gestionnaire et cela persiste, il faut agir.

«Tu vas au restaurant pour passer une belle soirée, pas pour appeler la police, mais en même temps, le constat de l’infraction sur-le-champ est « facilitant » pour pouvoir y mettre un terme.»

L’opération OSCAR (Opération systématisée comportements à risque) ciblera toutes les régions du Québec, mais plus particulièrement celles qui se trouvent au palier jaune, sous surveillance, pour ne pas qu’elles ne basculent à l’alerte orange, où des restrictions plus sévères seront imposées.

Pourquoi les bars? Parce qu’ils sont responsables en partie des éclosions de COVID-19 et de la progression des cas.

«La consommation d’alcool amène un certain relâchement. (…) S’il y a une personne infectée dans le bar, sans être consciente du risque d’être infectée, qui s’en va au cégep, au supermarché, chez son ami, là, ça devient immédiat et exponentiel, c’est un effet domino, une réaction en chaîne.»

Interventions à domicile

Mme Guilbault est revenue sur les propos du premier ministre François Legault quant à d’éventuels contrôles policiers dans les domiciles pour disperser et sanctionner les rassemblements de 10 personnes et plus. Tout est encore à l’étude, notamment avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

«Je ne suis pas en train de préparer une stratégie pour que les policiers puissent entrer sans mandat dans les maisons du jour au lendemain. Ni moi ni le premier ministre avons envie d’assiéger les maisons privées. (…) On n’est pas rendu à faire ça au moment où on se parle.»

Réaction des maires

Les élus de Québec et de Montréal ont réagi favorablement à l’annonce de l’opération policière dans les bars et restaurants. Le maire de Québec, Régis Labeaume, estime que ces interventions sont nécessaires et que les policiers agissent de façon «raisonnée et intelligente».

«Je pense qu’on n’est pas à la veille d’avoir un État policier, n’exagérons pas. (…) Si c’est nécessaire (d’intervenir), faisons-le», a-t-il commenté.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, estime également qu’«on est loin de l’État policier». Si on veut garder les commerces et restaurants ouverts, il est «correct» selon elle d’augmenter la présence des forces de l’ordre afin de veiller au respect des règles.

«Il y a une chose qui est évidente, plus la soirée avance (…) c’est la nature humaine d’oublier, parce qu’en plus, on a eu une année difficile.»

Laisser un commentaire

Province de ***** , je vais aller avec ma copine prendre une biere au bars . Si je ne suis pas à deux mêtre de la mère de mes enfants jr vajs avoir un ticket parceque qu’ont à pas la même adresse de domicile . Sérieux les Québécois ces des ord*** »

Répondre

Pas d’État policier, pas d’assiégement de maisons privées.
« On n’est pas rendu à faire ça au moment où on se parle »

On n’y est pas rendu, mais on pourrait s’y rendre, dirait-on ?
Et s’il fallait pour ce que ç’aille aussi vite que ?…

Eh bien, c’est qu’est dit ci-dessus que cette opération (OSCAR) a(vait) pour but, en ciblant prépondéramment les régions se trouvant au jaune, sous surveillance accrue, d’éviter « qu’elles ne basculent à l’alerte orange ». Or…

Ça n’aura pas pris deux jours qu’on y était déjà…- « rendu » – orange.
L’«opération» aura-t-elle donné quelque chose? L’av’nir l’dira p’t’être.

Ce qu’on peut subodorer d’ores et déjà par contre, c’est que cette « chasse aux réfractaires aux règles sanitaires dans les bars, restaurants et hôtels » pourrait fort bien avoir (eu) pour effet d’en « rediriger » maints et maintes… en « maisons privées », justement, pour y « compléter » leurs fête-détente ou réjouissances. Créant, donc, ainsi, LA Condition « justifiant » d’investir, ensuite, policièrement, aussi, « la demeure [qui] est inviolable ».

« Content.e(s) » ?….

Répondre
Les plus populaires