Australie: le PM Morrison défend son procureur général, qui est accusé de viol

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande — Le premier ministre australien Scott Morrison a accordé son appui jeudi à son procureur général, qui a nié cette semaine avoir violé une camarade pendant son adolescence.

M. Morrison a dit aux journalistes que l’Australie doit respecter la loi et la présomption d’innocence dans cette affaire, après que la police eut conclu que les preuves étaient insuffisantes pour lancer une enquête contre le parlementaire Christian Porter, un ancien procureur de 50 ans.

La femme qui accuse M. Porter s’est suicidée l’an dernier après avoir retiré la plainte qu’elle avait déposé auprès de la police. Son accusation a éclaté au grand jour la semaine dernière, après avoir été envoyée anonymement à M. Morrison et à d’autres parlementaires.

Cette affaire braque encore davantage les projecteurs sur la culture qui prévaut au parlement australien. Une employée a prétendu, il y a deux semaines, avoir été violée par un collègue.

M. Morrison a dit être peiné pour la famille de la femme, qui a perdu une proche. «Ce sont des événements épouvantables», a-t-il dit.

M. Porter rejette formellement les accusations, a-t-il ajouté, et l’Australie doit respecter la loi.

«On sait ce qui peut arriver dans un pays où la loi n’est pas respectée dans toutes les circonstances, a lancé le premier ministre. Le respect de la loi est crucial pour les démocraties libérales, et nous l’affaiblissons à nos risques et périls.»

Des avocats de premier plan et les amis de la femme réclament une enquête indépendante des preuves contre M. Porter, tandis que des élus de l’opposition jugent que les allégations sont sérieuses et crédibles.

M. Morrison estime toutefois que les policier sont les seuls à être en mesure de porter un jugement dans cette affaire, «et nous en sommes là».

Lors d’une conférence de presse émotionnelle mercredi, M. Porter a annoncé ne pas avoir l’intention de démissionner.

«Si je quitte mon poste de procureur général en raison d’allégations concernant quelque chose qui ne s’est tout simplement jamais produit, alors n’importe qui en Australie peut perdre sa carrière, son emploi, l’oeuvre de toute une vie, simplement sur la base d’une accusation qui est publiée», a-t-il dit.

Les allégations sont vieilles de plus de 30 ans. Elles remontent à l’époque où M. Porter avait 17 ans et son accusatrice 16, et qu’ils étaient tous les deux membres de l’équipe de débats de leur école.

M. Porter dit garder le souvenir d’une jeune femme intelligente, pétillante et heureuse, mais que rien de sexuel ne s’est jamais produit entre eux. «Ça n’est tout simplement pas arrivé», a-t-il dit aux journalistes.

Il a ajouté avoir l’intention de prendre deux semaines de congé «simplement pour ma santé mentale» avant de reprendre le boulot.

M. Morrison a salué cette décision. «J’ai hâte qu’il reprenne ses tâches après cette période de repos», a dit le premier ministre.

Le gouvernement australien a annoncé cette semaine le déploiement d’une nouvelle ligne confidentielle pour permettre aux employés du parlement de dénoncer les incidents de travail grave.

– Par Nick Perry, The Associated Press

Laisser un commentaire