Autorisation d’exploitation d’un site de Waste Management: déception à Drummondville

DRUMMONDVILLE, Qc — Des membres du conseil municipal de Drummondville semblent attendre le ministre Benoit Charette de pied ferme après l’autorisation donnée par le gouvernement du Québec à la multinationale Waste Management de continuer à exploiter le lieu d’enfouissement technique (LET) du secteur Saint-Nicéphore. 

Une rencontre doit avoir lieu ce jeudi à Drummondville entre des élus et le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.  

Les récriminations des élus de Drummondville sont nombreuses à propos de cette autorisation d’exploitation du site, notamment parce qu’elle pourrait s’échelonner sur une période de 10 ans.   

Le conseil municipal, qui se dit surpris par la décision, signale qu’elle va à l’encontre de sa volonté et de celle de la population exprimées plusieurs fois au ministre Charette.   

La Ville de Drummondville signale avoir pris note d’importantes réserves formulées dans le passé dans ce dossier par le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Elle rappelle aussi que des jugements de tribunaux lui ont donné raison.  

Le maire, Alain Carrier, déplore aussi que la décision représente une atteinte à l’autonomie des municipalités.  

Il semble que la décision du gouvernement permettra à Waste Management d’enfouir quelque 430 000 tonnes de matières résiduelles par année pendant 10 ans. Québec aurait jugé impossible d’acheminer l’ensemble des matières présentement éliminées dans le secteur de Saint-Nicéphore vers d’autres sites d’enfouissement.   

Le secteur de Saint-Nicéphore longe la rivière Saint-François, dans le sud-est de Drummondville.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.