Autre manifestation devant la Maison-Blanche malgré le couvre-feu

WASHINGTON — La manifestation de mardi soir dans la capitale nationale ne semble pas aussi tendue que lors des nuits précédentes.

La foule à l’extérieur du parc Lafayette près de la Maison-Blanche était pacifique, même polie, alors qu’elle manifestait contre la mort de George Floyd, un homme noir décédé après qu’un policier blanc de Minneapolis lui eut enfoncé un genou dans la nuque et l’eut maintenu au sol pendant plus de huit minutes.

Au lieu des graffitis sur les murs des bâtiments de la ville, les manifestants ont privilégié mardi les craies colorées, écrivant le slogan «Black Lives Matter» sur l’asphalte devant l’église Saint-Jean.

Les manifestants ont chanté, la plupart portaient des masques, mais la distanciation physique n’était pas respectée alors que la pandémie continue de sévir. Un manifestant, Mati Yiheyis, un étudiant de 21 ans de l’Université de Virginie, a émis l’hypothèse que les craintes du coronavirus éloignaient de nombreuses personnes âgées.

Lorsqu’un manifestant est monté sur un lampadaire et a enlevé une plaque de rue, il a été rabroué par d’autres. «Ce n’est pas de cela qu’il s’agit», a déclaré le manifestant George «T.J.» Pierce de Washington.

La foule a commencé à s’éclaircir d’elle-même après 20 heures, une heure après la mise en place d’un couvre-feu, bien qu’un groupe de plusieurs centaines de personnes soit resté près de la clôture, en scandant des slogans devant la ligne de policiers et de soldats en tenue antiémeute de l’autre côté.

Lundi, des agents des forces de l’ordre à pied et à cheval ont agressivement chassé les manifestants du parc Lafayette, ouvrant la voie au président Donald Trump pour une séance de photos à l’église Saint-Jean, connue sous le nom d’église des présidents. Mardi, les pasteurs de l’église ont prié avec des manifestants et ont distribué des bouteilles d’eau.