Autre manifestation monstre à Hong Kong pour réclamer plus de démocratie

HONG KONG — Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dimanche dans les rues du centre-ville de Hong Kong en scandant «Porter un masque n’est pas un crime» en réaction au rejet par une cour d’une deuxième tentative de renverser une décision gouvernementale qui interdit aux gens de défiler dans la rue le visage camouflé.

La loi adoptée lors d’une procédure d’urgence au parlement entrait en vigueur samedi, entraînant le chaos pour une troisième journée de suite dans le territoire semi-autonome chinois.

La police a lancé des gaz lacrymogènes à divers endroits pour disperser la foule, cependant que des manifestants répliquaient avec des briques et des cocktails Molotov. De telles scènes d’affrontements violents sont devenues courantes depuis le début du mouvement pro-démocratie amorcé il y a quatre mois.  

Le parlementaire Dennis Kwok a affirmé que la Haute Cour a refusé d’accorder une injonction sur l’interdiction de manifester le visage couvert, mais a accepté d’entendre la cause plus tard au cours du mois portant sur la loi adoptée par les 24 parlementaires.

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, soutient que l’interdiction était devenue nécessaire face aux radicaux qui cherchaient à cacher leur identité dans une vague de violence qui a «semi-paralysé» Hong Kong.

Le mouvement des parapluies, symbole de la lutte pour la démocratie, est aussi un des plus grands défis du président chinois Xi Jinping depuis que la colonie britannique a été rétrocédée à la Chine en 1997.

Les plus populaires