Autres accusations portées contre le psychologue Étienne Lavoie, de Sherbrooke

SHERBROOKE, Qc — Un psychologue soupçonné de nombreux crimes liés au proxénétisme, Étienne Lavoie, a fait l’objet mardi du dépôt de 13 nouveaux chefs d’accusation lors de sa comparution au Palais de justice de Sherbrooke. 

Après l’arrestation d’Étienne Lavoie en février dernier, 14 chefs d’accusation ont été portés contre lui, pour la plupart d’ordre sexuel, dont ceux de proxénétisme, d’agression sexuelle, d’agression sexuelle armée et d’obtention de services sexuels moyennant rétribution. Plusieurs des 13 chefs déposés mardi sont de même nature.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Marie-Ève Phaneuf, a signalé que le dépôt d’autres chefs d’accusation relativement à d’autres victimes alléguées n’était pas exclu.

Au mois de mars, le tribunal a déterminé qu’Étienne Lavoie, qui réside à Sainte-Catherine-de-Hatley, près de Magog, devrait rester en détention pour la durée des procédures judiciaires.

Selon son profil professionnel qui apparaît sur le web, Étienne Lavoie est originaire de Montréal et il a étudié en psychologie à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke, de 2002 à 2006. Pendant près de quatre ans, il a été conseiller cadre en développement des compétences à la Ville de Sherbrooke avant d’occuper des fonctions semblables pendant quatre ans à Rimouski.

Il est ensuite revenu à Sherbrooke où il a été chef de l’attraction, de la dotation et de la rémunération au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) avant de pratiquer, depuis 2016, la psychologie en clinique privée à Sherbrooke.

Les plus populaires