Avec la polarisation aux États-Unis, le contrôle des armes à feu peut-il fonctionner?

HIGHLAND PARK, Ill. — Même certaines lois parmi les plus strictes en matière de contrôle des armes à feu aux États-Unis ne sont pas en mesure de garantir que les armes d’assaut de grande puissance ne se retrouvent pas entre de mauvaises mains dans l’État de l’Illinois.

La «red flag law» qui permet à la police de demander à un tribunal d’État d’ordonner le retrait temporaire des armes à feu d’une personne qui, selon elle, peut présenter un danger pour les autres ou pour elle-même, n’assure pas non plus que des gens malintentionnés possèdent des armes dangereuses.

Le problème – une partie de celui-ci du moins – est que l’État est cerné dans pratiquement toutes les directions. Le Wisconsin au nord, l’Iowa et le Missouri à l’ouest, le Kentucky au sud-est et l’Indiana juste à côté, partageant non seulement les rives du lac Michigan, mais aussi une bonne partie de la troisième plus grande région métropolitaine d’Amérique, Chicago.

Le groupe de défense Everytown for Gun Safety classe l’Illinois au sixième rang des États du pays quant à la force de ses lois sur les armes à feu, tandis que les cinq États qui l’entourent sont classés comme échec.

Le caractère politique et culturel des États-Unis n’est qu’une petite partie de ce qui rend le problème des armes à feu si épineux au pays.

Sept personnes ont été tuées et 38 personnes ont été blessées lundi à Highland Park, dans une banlieue verdoyante au nord de Chicago, lorsqu’un tireur isolé, perché sur le toit d’un magasin de vêtements de sport et vêtu de vêtements pour femmes, a utilisé un fusil de type AR-15 pour tirer sur les spectateurs du défilé, déchaînant plus de 80 balles sur la foule sans défense.

«L’Illinois a des lois assez strictes», a indiqué E.J. Fagan, professeur de sciences politiques à l’Université de l’Illinois à Chicago.

«Le problème est que Highland Park est, quoi, à 16 kilomètres au sud du Wisconsin? Donc, même si l’Illinois a des lois très strictes, le Wisconsin est largement contrôlé par le parti républicain.»

Chicago – une ville célèbre pour sa violence armée – souffre énormément de sa proximité avec l’Indiana, qui se classe 25e sur le palmarès du groupe Everytown for Gun Safety en raison de restrictions peu contraignantes et un taux de violence armée qui a grimpé de 57 % au cours des 10 dernières années.

Lacunes dans les vérifications d’antécédents

Les États voisins, bien sûr, sont loin d’être le seul problème dans l’Illinois.

Le tireur présumé – Robert Crimo, âgé de 21 ans, qui, selon la police, a admis avoir commis la fusillade et fait maintenant face à sept chefs d’accusation de meurtre au premier degré – a obtenu ses armes dans l’Illinois après que son père a co-signé sa demande.

Et ce malgré le fait que la police avait déjà rencontré M. Crimo à deux reprises : une fois en avril 2019 en réponse à une tentative de suicide, puis une autre fois en septembre, lorsqu’un membre de la famille a signalé que M. Crimo avait une collection de couteaux et qu’il menaçait de «tuer tout le monde». Aucune accusation ou plainte n’a été déposée.

La «red flag law» n’a pas empêché M. Crimo d’acquérir une puissante arme. La loi s’applique seulement si quelqu’un s’adresse au tribunal en premier lieu, dans le cas de M. Crimo, personne ne l’a fait.

Dans une brève entrevue téléphonique diffusée jeudi avec ABC News, le père de M. Crimo, Robert Jr., a insisté sur le fait que les rencontres avec la police étaient minimes et a défendu sa décision de soutenir la demande de permis d’armes à feu de son fils.

«C’est tout ce que c’était (…) un formulaire de consentement pour permettre à mon fils de suivre le processus, a-t-il dit. Ils vérifient les antécédents. Quoi que cela implique, je ne suis pas certain exactement. Et soit vous êtes approuvé, soit vous êtes refusé.»

Ce qui soulève une question différente : à quoi servent les mesures rigides de contrôle des armes à feu et les «red flag laws» dans l’Illinois si elles n’ont pas pu empêcher le massacre du 4 juillet?

Même dans les États dotés de «red flag laws», les autorités ne peuvent pas faire grand-chose lorsqu’un adulte responsable se porte garant de leur enfant, a déclaré Alexandra Filindra, professeur de politique à l’université de l’Illinois à Chicago spécialisée dans les lois sur les armes à feu.

«Il est très facile, apparemment, que des cas comme celui-ci passent entre les mailles du filet, et nous verrons cela se produire de plus en plus, estime Mme Filindra. Avec 400 millions d’armes à feu entre les mains de civils, les lois limitées sur le contrôle des armes à feu que nous avons ne peuvent pas faire grand-chose.»

Au niveau fédéral, l’impasse politique au Congrès et l’emprise du lobbyisme des armes à feu sur les républicains ont rendu tout progrès significatif pratiquement impossible depuis 1994, lorsque la flambée des taux de criminalité a incité les deux parties à imposer une interdiction de dix ans sur les armes d’assaut qui a expiré dix ans plus tard.

Mais après deux fusillades mortelles plus tôt en mai – la première dans un supermarché de Buffalo, de l’État de New York, qui a tué 10 personnes, puis deux semaines plus tard à Uvalde, au Texas, où 19 enfants et deux enseignants ont été abattus – un groupe bipartisan de législateurs américains s’est réuni pour adopter ce que certains observateurs ont qualifié de législation sur les armes à feu la plus importante depuis une génération.

Cela comprenait 750 millions $ US pour que les États gèrent des programmes d’intervention en cas de crise, y compris ceux qui fonctionnent avec des «red flag laws», ainsi que pour les tribunaux qui traitent spécifiquement d’anciens combattants et des problèmes de santé mentale et de drogue.

Cette législation a supprimé la tristement célèbre «échappatoire du petit ami», qui excluait les partenaires vivant dans un domicile différent des restrictions visant à priver d’armes toute personne condamnée pour violence conjugale.

La nouvelle loi, signée par le président Joe Biden le mois dernier, encourage également les États à commencer à inclure les dossiers des mineurs dans le système fédéral de vérification des antécédents criminels.

Même les défenseurs du projet de loi ont reconnu qu’il ne va pas assez loin, en particulier ceux qui demandent des limites d’âge plus élevées et la restauration de l’interdiction des armes d’assaut de l’ère Bill Clinton, maintenant expirée.

«Mais ce n’est pas rien, a souligné M. Fagan. Il semble qu’il y ait un certain consensus qui est en train de se développer sur le fait que les États devraient avoir plus de ressources pour retirer les armes des mains de personnes qui ne devraient évidemment pas en avoir.»

«Je pense que nous devrions être encouragés par cela. Il s’agit de la législation bipartite la plus importante, essentiellement, à l’ère moderne des lois sur les armes à feu.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.