Axworthy dirigera la mission d’observation canadienne du scrutin en Ukraine

OTTAWA — Le gouvernement fédéral confie à l’ancien ministre des Affaires étrangères Lloyd Axworthy la direction de l’équipe canadienne d’observation du scrutin en Ukraine.

«Sa nomination témoigne de la détermination profonde et indéfectible du Canada à renforcer la démocratie en Ukraine», a déclaré mercredi par voie de communiqué la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

La mission que chapeautera Lloyd Axworthy en Ukraine se penchera sur tous les aspects de la présidentielle et des élections législatives.

Elle contrôlera notamment la participation des femmes, des personnes déplacées à l’intérieur du pays ainsi que des groupes minoritaires.

Par ailleurs, le Canada versera des fonds à diverses initiatives, dont une visant à contrer «les conséquences négatives de la désinformation lors des élections ukrainiennes».

Le gouvernement «continuera à défendre le peuple ukrainien, sa souveraineté et son intégrité territoriale», a signalé Mme Freeland dans sa déclaration écrite.

Ce ne sera pas une première mission du genre pour Lloyd Axworthy: en 2006, il avait dirigé la mission d’observation des élections de l’Organisation des États américains (OEA) au Pérou.

En entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, mercredi, l’ancien politicien a assuré que la présence canadienne en sol ukrainien se voulait neutre.

«Nous devons tous être conscients que ce qui se joue en Ukraine est important en matière de démocratie, à savoir si nous pouvons la préserver et en faire la promotion», a-t-il exposé.

Car «les Russes — et le président Vladimir Poutine — en ont clairement fait une cible et tentent de perturber» l’élection, a argué M. Axworthy.

Et le Canada pourrait en tirer des leçons, alors que le pays sera bientôt plongé en période électorale, a-t-il fait valoir.

«L’Ukraine a été le canari dans la mine en matière d’ingérence russe, et nous avons une élection qui s’en vient à l’automne», a affirmé l’ex-diplomate en chef du Canada.

«C’est peut-être une occasion d’attirer l’attention sur l’importance de contrer l’ingérence étrangère, qu’elle vienne de Russie ou d’ailleurs», a plaidé M. Axworthy.

Les élections se tiendront le 31 mars en Ukraine.

Vu le nombre de candidats en lice, il y a fort à parier qu’un second tour sera nécessaire en avril, a prédit M. Axworthy.

Les plus populaires