Bâillon: Legault réalise son rêve de jouer dans les tarifs d’hydro, dit le PQ

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault réalise son vieux rêve de prendre le contrôle des tarifs d’électricité, estime le député du Parti québécois (PQ) et candidat à la chefferie, Sylvain Gaudreault.

Les élus ont siégé jusqu’à tard en soirée samedi, car le gouvernement caquiste a choisi d’imposer le bâillon et forcer l’adoption expéditive du projet de loi 34, qui gèle les tarifs d’électricité en 2020 pour ensuite les faire grimper à l’inflation, notamment.

Il soustrait Hydro-Québec à un examen annuel de la part de la Régie de l’énergie.

Le projet de loi a été adopté à 60 voix contre 39, peu après minuit. Les élus libéraux, solidaires et péquistes s’y sont opposés.

«J’ai siégé avec M. Legault dans un même parti et je me souviens de l’avoir entendu se lever souvent pour dire: « Ah, il faudrait dégeler les tarifs d’Hydro »», a déclaré M. Gaudreault en point de presse samedi..

«Dans le fond de lui-même, il est en train de réaliser un vieux rêve de pouvoir remettre les deux mains dans la fixation des tarifs d’électricité pour en faire une taxe déguisée pour financer l’éducation, la santé et d’autres services», a-t-il ajouté.

Furieux, il a qualifié le projet de loi 34 de «bullshit». Selon lui, non seulement le gouvernement renie sa promesse de rembourser 1,5 milliard $ de trop-perçus aux Québécois, mais il leur impose des hausses de tarifs de 600 millions $ pour les cinq prochaines années.

Le 12 juin dernier, le ministre de l’Énergie, Jonatan Julien, claironnait: «Les mesures que nous mettons en place dès janvier 2020 permettront de retourner près de 1,5 milliard sur cinq ans aux clients d’Hydro-Québec sous forme de remise et d’économies».

Mensonge, a crié samedi Québec solidaire (QS), tandis que M. Gaudreault se désolait que M. Julien se soit «laissé embobiner comme un pauvre type dans la farine» par Hydro-Québec, qui a un «appétit gargantuesque» et qui «se réveille la nuit pour haïr la Régie de l’énergie». 

Urgence?

De son côté, le gouvernement a plaidé l’urgence d’adopter le projet de loi 34, car il lui permettrait de retourner 500 millions $ dès janvier aux clients d’Hydro-Québec. Selon M. Julien, pour les clients résidentiels, cela correspond à un crédit de 60 $ sur leur facture.

Il s’agit du troisième bâillon en six mois pour le gouvernement Legault. En juin dernier, il avait adopté à toute vapeur le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État et le projet de loi 9 réformant le système d’immigration.    

Il n’y a aucune urgence concernant le projet de loi 34, a martelé samedi le chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Pierre Arcand, qui croit que le gouvernement a simplement «besoin de cet argent-là pour financer, évidemment, ses nombreuses promesses électorales».

«Nous nous rappellerons tous de cette soirée du 7 décembre 2019, cette fameuse soirée où la CAQ aura ignoré l’avis de tous les experts du Québec afin d’augmenter les tarifs d’électricité. (…) Le bulldozer caquiste aura encore une fois sévi», a-t-il tonné.   

Le gouvernement, tant qu’à invoquer l’urgence, aurait pu poursuivre l’étude du projet de loi la semaine dernière, mais ne l’a pas fait — «Heille! Vous ne nous avez même pas convoqués!» s’est exclamé M. Gaudreault. 

Aux yeux de QS, M. Legault se comporte comme le «PDG» du parlement, alors qu’il n’a obtenu que 37 pour cent des voix exprimées aux dernières élections.

«Insignifiants»

La députée Ruba Ghazal, de QS, a d’ailleurs dressé la longue liste des opposants au projet de loi: Option Consommateurs, Union des consommateurs, Association québécoise des consommateurs industriels d’électricité, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, Regroupement des organismes environnementaux en énergie, Institut de recherche et d’informations socioéconomiques, Association québécoise de la production d’énergie renouvelable, Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Association de l’aluminium du Canada, Conseil de la transformation alimentaire du Québec, Stratégies énergétiques, les experts Jean-François Blain, Jean-Pierre Finley, Jean-Thomas Bernard, Sylvain Audet, Normand Mousseau, Pierre-Olivier Pineau, François Tanguay, les anciens ministres Guy Chevrette, Rita Dionne-Marsolais, François Gendron et Pierre Moreau.

Les libéraux ont ajouté à cette liste le Conseil du patronat et la FADOQ, ce groupe de défense des aînés.

Combatif, François Legault a néanmoins amorcé la période des questions, samedi, en répétant à trois reprises la phrase de Talleyrand: «Tout ce qui est excessif est insignifiant». Il a accusé M. Arcand, qui critiquait le projet de loi, de tenir des propos «excessifs». Le Parti libéral en a conclu que le premier ministre traitait donc tous les opposants «d’insignifiants».

M. Legault a rappelé que les élus avaient passé plus de 100 heures à étudier seulement deux des 22 articles du projet de loi 34.

«C’est combien de temps la démocratie? Mille heures? Deux mille heures? Moi je pense qu’après 100 heures, les gens autour de la table ont dit ce qu’ils avaient à dire. Après 100 heures, il est temps qu’on passe au vote», a-t-il déclaré en mêlée de presse.